Condamné à deux ans de prison avec sursis, Jacques Chirac ne fera pas appel

156 contributions
Publié le 15 décembre 2011.

JUSTICE - Il a été déclaré coupable dans les deux volets de l'affaire d'emplois fictifs...

Le verdict est tombé. Jacques Chirac a été déclaré coupable ce jeudi par le tribunal correctionnel de Paris, dans les deux volets de l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. L'ex-chef de l'Etat est condamné à deux ans de prison avec sursis. Il encourait 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende.

L'ancien chef de l'Etat «ne fera pas appel» mais «conteste catégoriquement le jugement», souligne un communiqué diffusé jeudi soir. Jacques Chirac «affirme avec honneur» qu'«aucune faute ne saurait (lui) être reprochée», avant de justifier sa décision de ne pas faire appel par le fait qu'il n'a «plus, hélas, toutes les forces nécessaires pour mener par (lui-même), face à de nouveaux juges, le combat pour la vérité».

Le parquet avait requis la relaxe

Jacques Chirac était poursuivi pour «détournement de fonds publics, abus de confiance et prise illégale d'intérêt» dans deux affaires d'emplois fictifs, qui remontent aux années 1990, quand il était maire de la capitale: l'une instruite à Paris (21 postes concernés), l'autre instruite à Nanterre (7 postes). L'ancien Président, maire de Paris de 1977 à 1995, a été déclaré coupable de détournements de fonds publics et d'abus de confiance dans le volet parisien, et coupable de délit d'ingérence et prise illégale d'intérêt dans la seconde affaire. Des faits qu'il a toujours nié. Le parquet avait requis la relaxe.

L'ex-chef de l'Etat, âgé de 79 ans, n'a pas particpé à son procès, qui s'est déroulé du 5 au 23 septembre, en raison de problèmes médicaux. D'après un rapport médical, il souffre de troubles neurologiques «sévères» et «irréversibles».

Jacques Chirac était jugé en compagnie de neuf autres co-prévenus. Deux d'entre eux, Michel Roussin et Pierre Boué, ont été relaxés. Les sept autres ont été reconnus coupables et condamnés à des peines allant de deux à quatre mois de prison avec sursis. Seul Marc Blondel, l'ex- patron de FO, a été dispensé de peine.

20minutes.fr avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr