Fraude fiscale: Les Bettencourt promettent de ne plus recommencer

IMPÔT e fisc leur réclame plus de 100 millions d'euros d'impayés...

Avec Reuters

— 

Liliane Bettencourt et sa fille Françoise Meyers-Bettencourt, le 3 mars 2011 à Paris.

Liliane Bettencourt et sa fille Françoise Meyers-Bettencourt, le 3 mars 2011 à Paris. — Thibault Camus/AP/SIPA

L'héritière de L'Oréal Françoise Bettencourt-Meyers et ses fils Jean-Victor et Nicolas se sont indignés des articles de presse sur la fraude fiscale reprochée  à leur famille et assurent que cela ne se reproduira plus.

Le fisc français réclame près de 108 millions d'euros d'impôts impayés à l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, placée sous tutelle de sa fille en octobre. Cette démarche du fisc a été déclenchée après la découverte de comptes occultes à l'étranger et d'une île des Seychelles achetée clandestinement. Plusieurs titres de presse ont détaillé cet aspect de l'affaire qui vise la troisième fortune de France, bénéficiaire jusqu'ici du très controversé «bouclier fiscal».

«Régularisation en cours»

«Françoise Bettencourt-Meyers, Jean-Victor Meyers et Nicolas Meyers, tant à titre personnel qu'en qualité de tuteurs de leur mère et grand-mère, déplorent les polémiques entretenues sur la situation fiscale de Madame Liliane Bettencourt et des sociétés familiales», lit-on dans un communiqué publié mercredi soir. «Ils tiennent à rappeler que c'est à la demande de Madame Bettencourt que toutes les informations nécessaires ont été communiquées à l'administration fiscale pour permettre la régularisation d'une situation ancienne en s'acquittant des sommes dues en conséquence», ajoutent-ils.

La régularisation de la situation a commencé après la révélation de la fraude fiscale apparue dans des enregistrements clandestins par un majordome de conversations entre Liliane Bettencourt et son gestionnaire de fortune. «Cette régularisation est en cours, et toute la famille Bettencourt-Meyers souhaite maintenant tourner cette page et que son nom cesse d'être associé à des pratiques révolues et qui ne se reproduiront pas», ajoute la famille Bettencourt.