Une collecte alimentaire dans un magasin Lidl de Clamart le 4 mars 2011 - DURAND FLORENCE/SIPA -
Une collecte alimentaire dans un magasin Lidl de Clamart le 4 mars 2011 - DURAND FLORENCE/SIPA - - no credit

Caroline, internaute de 20minutes.fr

«Depuis cinq ans, je participe aux collectes alimentaires des Restos du Cœur en Moselle, je donne un coup de main, bénévolement. Nous préparons la collecte à l'avance (panneaux, caisses pour ranger les denrées, planning). Le jour même, les bénévoles sont à l'entrée des grandes surfaces, ils distribuent des petits tracts où sont précisés les principaux aliments (les plus utiles) qu’il faut collecter. Au fur et à mesure, les aliments sont rangés et emmenés à l'entrepôt afin d'y être distribués.

Je pense qu'il faut toujours avoir en tête que nous pourrions être à la place de ces gens dans le besoin (je parle de ceux qui n'ont vraiment rien). Nos enfants ou nos amis pourraient être à la place de ces personnes, nul n'est à l'abri. Avec mon mari, nous enseignons cette notion de partage et de dons à nos trois enfants.

Beaucoup nous disent “j’ai déjà donné”

Chaque année, ceux qui n'ont presque rien viennent à la collecte et donnent. Beaucoup d’autres disent souvent “j'ai déjà donné”, mais quand on passe la journée là-bas, on retient le visage des personnes “aisées” qui donnent. D'autres personnes donnent en nous disant, “quand j'en avais besoin, vous (les Restos) étiez là, j'ai connu la galère, et maintenant c'est à moi d'aider”. Et puis certains disent “c'est bien ce qui vous faites, je ne pourrais pas le faire”. Bref, il y a plein d'exemples, mais ce ne sont pas les paroles qui comptent, c'est ce que l'on peut donner qui compte: un peu de farine, du riz, des pots pour bébé, du café, voire des vêtements.

Messieurs les politiciens, acceptez de gagner moins!

Mesdames et messieurs les politiciens, au lieu de donner des sommes monstrueuses à d'autres pays (je pense notamment à la Grèce), pensez donc avant tout à nos démunis en France; au lieu d'empocher des sommes gigantesques en salaire, acceptez de gagner moins! Avec des “si”, on pourrait bâtir quelque chose qui tiendrait la route, mais trop de personnes ne pensent qu'à leurs poches, à leur niveau de vie. Je tiens tout de même à remercier toutes les personnes qui donnent lors des collectes des Restos du cœur, ce ne sont pas les plus riches mais ce sont ceux qui réfléchissent avant tout.»