Des internautes chinois posent nus en soutien à l'artiste Ai Weiwei

0 contributions
Publié le 22 novembre 2011.

PEKIN - Des partisans de l'artiste chinois Ai Weiwei, qui fait l'objet d'une enquête pour "pornographie", ont choisi de manifester leur solidarité avec le célèbre dissident en posant eux-mêmes nus sur internet.

Déjà accusé d'évasion fiscale, le peintre touche-à-tout, plus que jamais dans le collimateur des autorités chinoises, avait annoncé vendredi être poursuivi pour d'anciennes photos dénudées où on le voit entouré de quatre femmes également dévêtues.

Sur un blog intitulé "Ecoute, gouvernement chinois: la nudité n'est pas de la pornographie", des dizaines de ses soutiens ont mis en ligne des photos où ils posent dans le plus simple appareil. Certains ont seulement publié des gros plans d'une partie de leur anatomie.

L'un des internautes s'affiche dans la posture du Penseur de Rodin, un autre dans celle du David de Michel-Ange. D'autres encore ont placé en guise de feuille de vigne une photo d'Ai Weiwei, ou bien, grâce à un photomontage, posent nus dans des endroits emblématiques de Pékin comme la place Tiananmen.

Ce blog peut être consulté à l'adresse http://awfannude.blogspot.com/view/flipcard.

Ai Weiwei a pour sa part jugé "ridicules" les nouvelles accusations qui le visent. "Notre nation est extrêmement corrompue, avec tant de sexe, mais ils estiment que des photos de nus sur l'internet relèvent de la pornographie", a-t-il raillé dans une déclaration au téléphone à l'AFP.

Sur les clichés lui devant d'être poursuivi, pris il y a moins de deux ans, l'artiste barbu est assis, dénudé, entouré de quatre femmes également complètement dévêtues. Les poses ne sont pas lascives.

L'assistant de l'artiste, accusé d'avoir pris les photos, avait été emmené jeudi dernier au commissariat de police pour y être interrogé.

"Ils lui ont demandé pourquoi il avait pris ces photos, ils lui ont clairement dit qu'une enquête me visait, pour pornographie", avait ensuite relaté à l'AFP le peintre, sculpteur et plasticien, devenu un symbole de ces esprits libres qui osent critiquer publiquement le système communiste et le parti unique au pouvoir en Chine.

"Il s'agit de quelque chose de vraiment nouveau dont je n'avais pas entendu parler. Ils avaient proféré ces accusations durant ma détention, mais j'avais cru que c'était une blague", avait ajouté l'artiste touche à tout, qui été détenu au secret de début avril à fin juin.

Ai Weiwei a bénéficié depuis le début du mois d'un vaste mouvement de solidarité d'internautes et de citoyens qui ont organisé une grande collecte pour l'aider à contester un redressement fiscal destiné selon lui à le "briser".

Grâce à cette mobilisation de 30.000 Chinois, il a pu verser la semaine dernière la garantie nécessaire pour interjeter appel de ce redressement de 15 millions de yuans (1,7 million d'euros).

Il a depuis continué à susciter la controverse, en publiant sur Twitter le numéro de téléphone du rédacteur en chef d'un journal officiel chinois qui a été submergé d'appels et de SMS, pour protester contre un article publié à son sujet par le quotidien.

Le Global Times a réagi mardi dans un éditorial en condamnant le "comportement immoral" d'Ai Weiwei.

L'artiste polyvalent, qui a participé à la conception du célèbre "Nid d'oiseau", le stade des Jeux olympiques de Pékin en 2008, avait notamment enquêté sur l'effondrement d'écoles lors du séisme de 2008 dans la province du Sichuan et sur un incendie qui avait fait des dizaines de victimes en novembre 2010 à Shanghai.

  1. Le blog de soutien à Ai Weiwei

© 2011 AFP
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr