Meurtre de Neuilly: Le mystérieux Claude Dray

ENQUÊTE es policiers tentent de démêler l'énigme du meurtre de l'homme d'affaires tué à Neuilly...

William Molinié

— 

La villa Madrid, où Claude Dray a été retrouvé mort à Neuilly-sur-Seine, le 24 octobre 2011.

La villa Madrid, où Claude Dray a été retrouvé mort à Neuilly-sur-Seine, le 24 octobre 2011. — M. GIRAULT / SIPA

Les enquêteurs de la Brigade criminelle sont face à une multitude de pistes. Mais aucune n’a permis pour l’heure de remonter jusqu’aux assassins de Claude Dray, un riche homme d’affaires retrouvé mort par son majordome dans la chambre à coucher de son hôtel particulier, villa Madrid à Neuilly-sur-Seine, le 24 octobre dernier.

Homme discret, voire secret

Signe de la complexité de l’affaire, l’information judiciaire ouverte mardi dernier a été confiée en co-saisine aux juges d’instruction de Nanterre, Nathalie Turquey et Valentine Morel. Pour l’heure, toutes les pistes sont envisagées et aucune d’entre elles n’est privilégiée. «On vérifie même les rumeurs», souffle une source policière.

Les enquêteurs s’attachent plus particulièrement à dresser le portrait de la victime et tentent de retourner son passé pour comprendre qui aurait pu lui en vouloir. Claude Dray, 76 ans, richissime collectionneur d’art, homme d’affaires «âpre à la discussion» d’après une avocate qui a travaillé avec lui, a fait fortune dans l’immobilier et notamment l’hôtellerie, à Paris d’abord puis à Saint-Tropez, mais aussi à Miami.

«Quand j’ai appris l’assassinat, je me suis dit qu’on avait mis un contrat sur sa tête»

En 2006, lui et sa femme ont vendu aux enchères une partie de leur collection Art Déco pour 59,7 millions d’euros. Un record à l’époque, «dépassé depuis par la vente Yves-Saint-Laurent», précise-t-on chez Christie’s, qui a accueilli la vente. Malgré cet empire financier, l’homme restait discret et détestait les mondanités. «Je n’imaginais pas la puissance de sa fortune jusqu’à peu», atteste une connaissance qui dit l’avoir tutoyé. «Quand j’ai appris l’assassinat, je me suis dit qu’on avait mis un contrat sur sa tête», poursuit-il.

Un ordre mortel qui pourrait venir de Miami, où la réussite de Claude Dray avait fait des jaloux: il y avait acquis le luxueux National Hotel. Ou bien faut-il chercher du côté de Saint-Tropez où son bijou, le fameux Hôtel de Paris, est en rénovation et doit ouvrir au printemps?

Depuis la nuit du drame, à Neuilly, les volets de la maison familiale, villa Madrid, sont restés fermés. Une voiture n’a pas bougé. Une scène de crime figée qui renferme une énigme comme on en raffole à la brigade criminelle.

Mots-clés :