Après un "dérapage" en début d'année, le nombre de morts sur la route est tombé sous la barre symbolique des 4.000, pour atteindre son "plus bas niveau depuis l'après-guerre", selon le ministère de l'Intérieur.
Après un "dérapage" en début d'année, le nombre de morts sur la route est tombé sous la barre symbolique des 4.000, pour atteindre son "plus bas niveau depuis l'après-guerre", selon le ministère de l'Intérieur. - Patrick Bernard afp.com

© 2011 AFP

Avec 3.980 personnes décédées entre le 1er novembre 2010 et le 31 octobre 2011, la mortalité sur la route a atteint son «plus bas niveau depuis l'après-guerre», a annoncé ce jeudi le ministère de l'Intérieur en marge d'un déplacement à Paris de Claude Guéant, consacré à la sécurité routière.

La meilleure performance sur 12 mois remontait jusqu'alors à décembre 2010 (3.992 morts). Les chiffres étaient ensuite repartis à la hausse avant de décroître de nouveau depuis mai, une baisse confirmée en octobre, qui a vu 377 personnes périr sur les routes, soit -6,4% par rapport au même mois en 2010.

81.354 personnes blessées

Cette forte chute confirme les tendances sur l'année écoulée, que ce soit pour le nombre de tués, mais aussi pour ceux des accidents corporels (65.135, -4,7%), des blessés (81.354, -5,9%) et des personnes hospitalisées (29.281, -5%).

Le ministre de l'Intérieur s'est félicité que «les Français se (soient) ressaisis», a-t-il dit à l'AFP à l'issue de son déplacement.

En effet, a-t-il rappelé, «sur les quatre premiers mois (de 2011), il s'est produit un vrai dérapage, l'augmentation (du nombre de tués) a été de 13% et nous étions partis pour avoir 500 ou 600 morts de plus, ce qui est évidemment inacceptable». «Le gouvernement a pris des mesures, un débat est né et les Français se sont ressaisis. Je dis les Français, parce que la sécurité routière c'est l'affaire du gouvernement mais c'est aussi et d'abord l'affaire des usagers de la route, c'est leur comportement qui fait que la sécurité routière s'améliore», a-t-il souligné.

Aussi a-t-il souhaité de «rester accroché à cette formidable cause de la sécurité routière pour faire en sorte que sur l'ensemble de 2011 nous ayons sensiblement moins de 4.000 morts».

Claude Guéant propose que chaque automobiliste ait un éthylotest dans sa voiture: