L'extrême droite a le vent en poupe dans l'Union européenne et ses thèses rencontrent un écho grandissant chez les jeunes hommes de moins de 30 ans, selon une étude publiée lundi à Bruxelles par le centre de réflexion britannique Demos.
L'extrême droite a le vent en poupe dans l'Union européenne et ses thèses rencontrent un écho grandissant chez les jeunes hommes de moins de 30 ans, selon une étude publiée lundi à Bruxelles par le centre de réflexion britannique Demos. - Philippe Huguen afp.com

© 2011 AFP

L'extrême droite a le vent en poupe dans l'Union européenne et ses thèses rencontrent un écho grandissant chez les jeunes hommes de moins de 30 ans, selon une étude publiée lundi à Bruxelles par le centre de réflexion britannique Demos.

"Alors que de nombreux pays européens ont les yeux fixés sur l'état de leur économie, une autre crise de confiance se prépare. Dans toute l'Europe, des jeunes gens se sentent abandonnés par les partis traditionnels et leurs représentants et affichent de la sympathie pour les groupes populistes", met en garde Jamie Bartlett, auteur du rapport publié en anglais sur le site de Demos (www.demos.co.uk).

L'étude qui s'appuie sur les réponses fournies sur le site de socialisation Facebook par près de 11.000 sympathisants de 14 groupes d'extrême droite dans onze pays européens, montre que la montée de l'islamisme, perçue comme une menace, fédère de plus en plus de personnes en Europe.

Ces Européens dénoncent également les effets de la mondialisation qui détruit "les droits des travailleurs". Ils ont "perdu la foi" dans leur gouvernement, les institutions européennes et le système judiciaire, selon Demos.

"A leurs yeux, les principaux partis politiques ont perdu le contact avec la réalité, sont insipides et lointains, incapables de répondre aux difficultés qu'ils rencontrent quotidiennement dans la vie de tous les jours", résume M. Bartlett.

Il faut "prendre au sérieux" leurs inquiétudes, préconise l'étude. Les responsables politiques européens doivent "se secouer, écouter et répondre", selon M. Bartlett.