Citoyens réservistes de la police: «Ca symbolise la désaffection de la police dans les quartiers»

Publié le 3 novembre 2011.

CONTRE - Yannick Danio, du syndicat Unité SGP-FO, déplore que la sécurité soit confiée à des amateurs...

«Avoir recours à des miliciens est très choquant.» Yannick Danio, délégué national du syndicat Unité SGP-FO, ose le mot.  Selon lui, faire appel à des civils pour aider à garantir la sécurité «symbolise la désaffection de la police dans les quartiers». Avec cette mesure, «il s’agit de suppléer des postes de policiers, c’est la conséquence immédiate des économies réalisées dans la fonction publique. On marche sur la tête».

«Quoiqu’en dise Claude Guéant [qui a déclaré que les réservistes n’effectueront «aucune tâche opérationnelle» mais des missions de «médiation, de prévention et de surveillance générale »], nous ne savons toujours pas quelles seront les missions de ces personnes», souligne le policier.

Pour le syndicaliste, se pose également le problème des compétences. «La sécurité, ce n’est pas une affaire d’amateurs – aussi volontaires soient-ils – mais de professionnels», souligne-t-il. D’après lui, «nous ne sommes pas à l’abri de dérapages». Et si aujourd’hui, «ces réservistes ne sont pas armés, qui nous dit qu’ils ne le seront pas dans le futur?», insiste-t-il.

Enora Ollivier
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr