Jean-Claude Menault, Directeur Départemental de la Sécurité Publique, mis en GAV à paris par la police des polices dans le cadre de l’affaire du Carlton.
Jean-Claude Menault, Directeur Départemental de la Sécurité Publique, mis en GAV à paris par la police des polices dans le cadre de l’affaire du Carlton. - Mikael Libert / 20 Minutes

E.O., avec AFP

Dernière info 17h25: Claude Guéant dément la mise à la retraite d'office de Jean-Claude Menault

Au lendemain de son audition par la police des polices, Jean-Claude Menault, le directeur départemental de la sécurité publique du Nord aurait été mis d’office à la retraite, selon une source proche du dossier.

«Une décision du ministère (de l'Intérieur) est tombée à midi. Le DDSP [directeur départemental de la sécurité publique, c'est-à-dire Jean-Claude Menault] est mis en retraite d'office (...) à compter du 2 novembre», a indiqué cette source à l'AFP. Une information rapidement démentie par Claude Guéant: «Non, pour qu'il y ait une mise à la retraite d'office, il faut qu'il y ait une procédure disciplinaire et il n'y a eu aucune procédure disciplinaire à son encontre», a indiqué le ministre de l'Intérieur.

Selon Nord-Eclair, qui cite l'entourage de Jean-Claude Menault, le fonctionnaire va bien quitter ses fonctions le 2 novembre, mais n'a pas été vraiment mis d'office à la retraite. Il serait en fait muté à un poste de chargé de mission à la direction centrale de la sécurité publique, où il ferait valoir ses droits à la retraite.

Il s'était senti «un peu piégé»

Jean-Claude Menault, 62 ans, a été interrogé jeudi à Paris notamment au sujet d’un séjour à Washington en décembre 2010, où aurait été organisée une rencontre entre Dominique Strauss-Kahn et des prostituées. Le haut fonctionnaire avait effectué ce voyage en compagnie du commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde, mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée et recel d’abus de biens sociaux. Le chef de la police du Nord n’a quant à lui pas été mis en examen dans cette affaire.

Selon des sources policières, Jean-Claude Menault était allé à Washington pour conseiller l'ancien favori de la présidentielle sur les questions de sécurité. Le chef de la police du Nord s'était «senti un peu piégé» lorsque, lors d'un dîner avec l'ancien patron du FMI, la soirée s'était débridée, selon une source proche du dossier. Il avait alors regagné sa chambre d'hôtel et écourté son séjour.

L'annonce de sa mise en retraite a provoqué une grande émotion auprès de certains de ses collaborateurs. «C'est un grand fonctionnaire et un grand Monsieur qui paie quelque chose qu'il n'a pas fait», a témoigné l'un d'eux. «C'est violent, c'est une retraite-sanction qui tombe comme un couperet».