Liliane Bettencourt chez elle, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 15 octobre 2011.
Liliane Bettencourt chez elle, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 15 octobre 2011. - GRAF JACQUES/JDD/SIPA

Vincent Vantighem

Edit 19h27: Selon Me Charlotte Robbe-Phan, l'avocate de Jean-Victor Meyers, Liliane Bettencourt est sortie de l'hôpital jeudi matin.

A l’époque, elle s’appelait encore Liliane Schueller. C’était après guerre. Soignée pour un début de tuberculose dans un sanatorium suisse, la jeune femme fait la connaissance d’André Bettencourt. La rencontre va changer le cours de sa vie. La maladie la rend fragile des bronches pour toujours. C’est pour cela que Liliane Bettencourt a été, selon nos informations, hospitalisée cette semaine.

Elle souffre d’une pneumopathie contractée lors de son récent voyage à Londres. Admise mardi à l’hôpital américain de Neuilly (Hauts-de-Seine), elle devrait en sortir ce jeudi. Mais l’infection de l’héritière L’Oréal est moins anodine qu’il n’y paraît. «Depuis son placement sous tutelle le 17 octobre, elle est complètement déprimée, assure une source proche du dossier. Et quand elle déprime, elle tombe malade.»

Son infirmier personnel rappelé en urgence

Quand Jean-René Farthouat, son avocat, est venu lui annoncer la décision de tutelle, l’octogénaire lui a ainsi répondu: «Alors, il ne me reste plus qu’à mourir!» A 88 ans, Liliane Bettencourt est désormais confiée à la responsabilité de sa fille Françoise et de ses deux petits-enfants. La décision ne lui plaît pas.

Pascal Wilhelm, son protecteur judiciaire, a beau avoir été révoqué, elle tente toujours de l’appeler en cachette. Quant à son infirmier personnel, il a dû être rappelé en urgence à son chevet. «Elle a passé deux nuits à pleurer parce qu’il n’était pas là, poursuit notre source. Le plus dur, c’est qu’elle ne comprend pas pourquoi on lui inflige ça…» Simplement parce qu’elle souffre, selon la juge, de la maladie d’Alzheimer. Mais aussi pour éviter que sa fortune, estimée à plus de 15 milliards d’euros, soit dilapidée.

Référé

Les avocats de Liliane Bettencourt ont fait appel de la décision de placement sous tutelle. Leur référé doit être examiné le 4 novembre.