Meuse: La prise d'otage terminée, personne n'a été blessé

FAITS-DIVERS A la prison de Montmédy, un détenu retenait, depuis ce mardi matin, un médecin en otage dans l'unité de soins...

B.D. avec AFP

— 

Des membres de l'ERIS (Equipe Régionale d'Intervention et de  Sécurité) se préparent dans la cour de la prison de Montmédy, dans la Meuse, le 18 octobre 2011.

Des membres de l'ERIS (Equipe Régionale d'Intervention et de Sécurité) se préparent dans la cour de la prison de Montmédy, dans la Meuse, le 18 octobre 2011. — AFP PHOTO/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Dernière info: La prise d'otage est terminée, indique une source syndicale. Aucun blessé n'est à déplorer.

Un détenu de la prison de Montmédy, dans la Meuse, a pris ce mardi matin un médecin en otage «avec une arme blanche», a indiqué le parquet de Verdun à l'AFP. Le détenu, âgé de 37 ans, «est originaire d'Alsace» et «n'est pas signalé comme particulièrement dangereux», a précisé le procureur Yves Le Clair.

Le médecin, âgé d’une soixantaine d’années, est retenu depuis 9h20 dans l’infirmerie du centre de détention par ce détenu, incarcéré depuis le 26 juillet dernier pour des faits d'escroqueries et libérable en février 2013, a indiqué à 20Minutes l'Unsa pénitentiaire Grand est.

Des équipes régionales d’intervention et de sécurité (ERIS) ainsi qu’un négociateur de la gendarmerie ont été sollicités, a précisé le procureur, qui s’est rendu sur place. Les négociations ont commencé. Elles sont toujours en cours cec mardi après-midi, et s'avèrent compliquées car le forcené n'a formulé aucune revendication, a-t-on appris de source syndicale.

«La pire prison de Lorraine»

Selon une source syndicale, cette prise d’otage était «prévisible». «Montmédy, c’est la jungle. Les détenus y circulent comme ils veulent, d’un bâtiment à un autre», a-t-elle affirmé. En effet, en septembre dernier,  «un mouvement de protestation de la part des surveillants de prison avait eu lieu» pour dénoncer l'augmentation des agressions de surveillants, explique-t-on à 20Minutes. «On a de plus en plus de difficultés à gérer les détenus», ajoute-t-on.

Selon le secrétaire général de l’Ufap-Unsa pour le Grand-Est, cité en septembre par le quotidien régional, le centre de détention est devenu «une zone de non droit où les détenus font ce qu’ils veulent», et «les infirmières et le service médical ne se sentent pas en sécurité en se rendant au travail». «Montmédy est clairement la pire prison de Lorraine», conculait-il. Le centre de détention de Montmédy, construit en 1990, peut accueillir jusqu’à 300 détenus.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.