Le tribunal correctionnel de Nantes a condamné mercredi Lies Hebbadj, épicier nantais dont une compagne a contesté en avril une contravention pour port du niqab au volant, à 700 euros d'amende pour "abus de confiance".
Le tribunal correctionnel de Nantes a condamné mercredi Lies Hebbadj, épicier nantais dont une compagne a contesté en avril une contravention pour port du niqab au volant, à 700 euros d'amende pour "abus de confiance". - Frank Perry AFP

A Nantes, Guillaume Frouin

Les soucis continuent pour Liès Hebbadj: son épouse et l’une de ses trois compagnes ont été contrôlées voilées ce jeudi aux abords de l’école Ragon, à Rezé (Loire-Atlantique). Elles sont convoquées vendredi au commissariat pour être verbalisées, a indiqué à 20Minutes Xavier Ronsin, procureur de la République de Nantes.

Le port du voile intégral sur l’espace public est en effet interdit depuis que Sandrine Moulères, une autre compagne du commerçant, avait médiatisé le procès-verbal qu’elle avait reçu pour avoir conduit voilée de son niqab. Elle avait finalement été relaxée par le tribunal de police.

Mis en examen

Celle-ci ne fait pas partie des deux femmes contrôlées, précise Xavier Ronsin. «Les contrôles ont eu lieu dans la rue, et non dans des véhicules», précise le magistrat.

Son compagnon - qui avait été traité de «polygame» par le ministre de l’Intérieur de l’époque Brice Hortefeux - reste mis en examen pour «escroqueries» et «fraudes aux prestations sociales», après avoir fait «des déclarations mensongères» pour obtenir l’allocation de parent isolé. Il est également poursuivi pour «viols aggravés» sur une ex-compagne dans une autre affaire.

 >> A la suite de débordements systématiques sur ce type d'article, les commentaires sont fermés. Merci de votre compréhension.