Dominique Strauss-Kahn blanchi mais pas innocenté, pour la presse française

MEDIAS Les journalistes tirent les conclusions de l'affaire DSK...

© 2011 AFP

— 

Dominique Strauss-Kahn à sa sortie du tribunal de New York le 23 août 2011

Dominique Strauss-Kahn à sa sortie du tribunal de New York le 23 août 2011 — MANTEL/SIPA

Au lendemain de l'abandon des charges contre DSK, l'affaire continue de faire couler beaucoup d'encre en France. Les éditorialistes soulignent mercredi avec un bel ensemble que Dominique Strauss-Kahn a été blanchi mais pas innocenté la veille par le tribunal de New York, et certains estiment difficile ou même impossible son retour en politique.

«Loin d’être blanchi, DSK va devoir désormais subir, comme une autre peine, le regard suspicieux de l’opinion publique. Évoquer son retour sur la scène politique française paraît donc hors sujet», estime Le Figaro (droite).

Pour Le Monde, qui évoque «une leçon impitoyable» infligée à l'ancien patron du FMI, «l'emballement médiatique a incontestablement joué un rôle majeur dans la chute de DSK (... mais) il est surtout victime de sa propre imprudence.»

Un éclairage des relations entre sexe et pouvoir selon Libé

Libération (gauche) souligne que cette affaire a permis de faire éclore plusieurs «registres de vérités»: celle des policiers et magistrats new-yorkais, des romanciers ou scénaristes, mais aussi dans la «pratique journalistique»: «Ainsi cet événement nous aura permis d’éclairer d’une lumière plus crue la réalité jusque-là largement occultée de l’asymétrie des relations de pouvoir sexuées et parfois sexuelles dans l’univers politique.»

La Croix (catholique) fait un catalogue des victimes: «Beaucoup de perdants, trop de perdants, dans ce qu'il convient d'appeler l'affaire Strauss-Kahn. Perdante, aussi, l'image de la justice». «D'autres épisodes sont à prévoir», conclut le quotidien catholique. «Et si on essayait la sobriété et la décence ?» propose-t-il.

DSK n'en a pas fini avec la justice, rappelle France Soir

«Sexe, mensonges et non-lieu», titre France Soir (populaire) pour qui «DSK n'en a pas pour autant fini avec la justice» car «son audition (en France) dans l'affaire (Tristane) Banon -qui l'accuse de tentative de viol en février 2003- apparaît aujourd'hui inévitable».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.