Capture d'écran d'un reportage d'ABC sur les photographies de Thylane Lena-Rose Blondeau dans Vogue.
Capture d'écran d'un reportage d'ABC sur les photographies de Thylane Lena-Rose Blondeau dans Vogue. - no credit

Une mannequin sur-maquillée, au regard provocateur, assise nonchalamment au milieu de coussins en léopard. A priori, rien d’étonnant pour une photo de mode, à ceci près: la star en question n’est âgée que d’une dizaine d’années. Thylane Lena-Rose Blondeau, fille de la présentatrice Véronika Loubry et du footballeur Patrick Blondeau n’en est pas à ses premiers clichés et a même son propre blog sur la toile. Mais cette séance photo, datant de décembre et publiée dans le magazine Vogue Enfant, n’est-elle pas allée trop loin dans la sexy attitude?

Interrogé sur cette mode de l’hypersexualisation des enfants, Eric Lemonnier, pédopsychiatre au CHU de Brest, s’indigne: «C’est un triple viol. On fait d’une gamine un enjeu de séduction sexuelle. Je trouve monstrueux qu’on fasse croire aux gens que c’est ça qui est sexy».

Quelles peuvent-être les conséquences psychologiques sur des enfants aussi exposés? «Pour les enfants, c’est souvent un jeu. Elle s’en remettra sûrement», explique-t-il. En revanche le pédopsychiatre met un bémol: «Il peut y avoir problème si suite à ces photos, les gens posent des regards sexualisés sur cette jeune fille.»

«Il faut être complètement allumé pour faire ça»

Contactée par 20Minutes, une agence de mannequin pour enfants, évoque la responsabilité des parents dans ce genre d’affaires. «Nous recevons des demandes pour des castings. Notre travail consiste alors à expliquer aux parents quels types de clichés vont être pris et surtout quelle image ils renverront de leur enfant. Quand la séance photo ne nous paraît pas correcte, nous ne proposons même pas le casting», raconte une bookeuse. Pour Eric Lemonnier, les parents sont tout bonnement inconscients: «Il faut être complètement allumé pour faire faire ça à ses enfants», s’exclame-t-il.

Sur le blog de Morandini, Véronika Loubry se défend des nombreuses critiques que suscitent ces photographies: «Le seul élément qui me choque sur cette photo, c'est le collier qu'elle porte, qui vaut trois millions d'euros! [...] Je trouve beaucoup plus choquante une photo pour Petit Bateau, d'une petite fille de 11 ans qui a les seins qui pointent. Là, ma fille n'est pas nue, il ne faut pas exagérer!»

>> Et vous, pensez-vous que ces photographies soient choquantes?

 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé