Photo non datée de Zouzou, renardeau menacé d'être retiré à la famillle qui l'a recueilli, près de Bergerac.
Photo non datée de Zouzou, renardeau menacé d'être retiré à la famillle qui l'a recueilli, près de Bergerac. - Famille Delanes

Julien Ménielle

«On verra si on le laisse partir ou pas.» Ana-Paula vient d’apprendre, ce jeudi, que la justice allait venir saisir Zouzou, le renardeau que sa famille a adopté voilà plus d’un an, dès ce vendredi. Son compagnon Didier et elle ont appris mardi que le tribunal de Bergerac (Dordogne) ordonnait de leur retirer l’animal, mais après avoir fait appel, ils espéraient que le procureur leur laisserait le temps de trouver à l’animal un point de chute près de chez eux.

«Si ça allait aussi vite dans d’autres affaires, le monde tournerait plus rond»

«Le procureur est très agacé par cette affaire, il n’a pas voulu nous laisser la chance de choisir un lieu pour Zouzou», se désole Ana-Paula. Pas question d’envoyer le renardeau chez la particulière ayant l’agrément pour les animaux non-domestiques qu’ils avaient trouvée à Limoges (Limousin), c’est bien dans un centre animalier dans le Calvados que l’animal va être exilé. «Je suis dégoûtée, enrage Ana-Paula. Si ça allait aussi vite dans d’autres affaires, le monde tournerait plus rond.»

Mais les choses pourraient ne pas se passer si facilement. Vendredi, le comité de soutien de Zouzou et sa famille d’accueil seront présents. Déjà mercredi, Didier prévenait: «Quand ils vont venir le chercher, ça risque de dégénérer.» Ana-Paula espère pouvoir contenir la colère de son compagnon. «Tout dépend de la façon dont ceux qui viendront chercher Zouzou vont se comporter», anticipe-t-elle.