Une opération escargot de routiers, près de Lille, en juin 2008.
Une opération escargot de routiers, près de Lille, en juin 2008. - BAZIZ CHIBANE/SIPA

© 2011 AFP

Les quelques 630.000 salariés du transport routier étaient appelés à faire grève à partir de ce dimanche minuit, à l'appel des fédérations de transports FO et CGT, pour protester contre un accord qui repousse de 55 à 57 ans l'âge d'entrée dans le congé de fin d'activité (CFA). La réforme des retraites, qui a induit le passage de l'âge légal de 60 à 62 ans, a contraint la profession à renégocier les conditions du CFA, un régime particulier de cessation anticipée d'activité dont bénéficient les routiers en raison de la pénibilité de leur travail.

«Des actions vont commencer lundi très tôt», a indiqué dimanche à l'AFP Jérôme Vérité (CGT Transports), sans en dire plus, ajoutant simplement que les routiers étaient libres de choisir les modalités. «Cette action est la suite logique à une non-négociation», ont expliqué dans un communiqué les deux syndicats, qui disent «non à la régression sociale». Pour eux, la convention collective des salariés du transport est «la plus pourrie de toutes» les conventions.

La CGT et FO pas d'accord

Quatre syndicats (CFDT, CFTC, CGC et FNCR) ont signé un accord fin mai avec les fédérations patronales du secteur routier, qui permet aux conducteurs ayant atteint l'âge de 57 ans et justifiant de 25 ans de conduite de partir et d'être pris en charge jusqu'à leur retraite à taux plein à 60 ans. La CGT et FO, qui représentent ensemble près de 40% des syndiqués de la profession selon eux, se sont opposés à la signature de cet accord, estimant que le glissement de 55 à 57 ans devait s'effectuer par paliers.

Le dispositif du CFA est financé par une cotisation des employeurs (36%), des salariés (24%) et une subvention de l'Etat (40%).