Bactérie tueuse: Des graines germées responsables de l'épidémie mortelle

SANTE Selon les autorités allemandes, les personnes qui ont consommé des graines germées crues ont neuf fois plus de chance de contracter des diarrhées hémorragiques...

M.P. avec Reuters

— 

Recherches dans un laboratoire en République tchèque le 1er juin 2011. 

Recherches dans un laboratoire en République tchèque le 1er juin 2011.  — Petr David Josek/AP/SIPA

Après plusieures semaines de recherches infructueuses, le mystère est levé: ce sont les graines germées crues qui sont à l'origine de la contamination par la bactérie Eceh qui a fait trente morts, a annoncé vendredi le directeur de l'Institut fédéral de veille sanitaire (RKI), Reinhard Burger. «Ce sont les graines germées», a-t-il dit. «Les personnes qui ont consommé des graines germées ont neuf fois plus de chances de souffrir de diarrhées hémorragiques que les autres.» Et Reinhard Burger de prévenir: «l'épidémie n'est pas terminée». Elle a pour l'instant infecté 1.700 personnes.

Si rapidement la bactérie Eceh avait été identifiée comme étant la cause des infections, les autorités sanitaires peinaient à identifier la source de l'infection. Au départ, des concombres et des tomates venant d'Espagne ont été incriminées par les autorités allemandes, qui ont levé leur alerte sur les légumes dans la foulée.

Un millier d'analyse

Apparue début mai, la contamination a affecté près de 3.000 personnes. Trente cas mortels ont été signalés, 29 en Allemagne et un en Suède, selon les derniers bilans disponibles. Les experts allemands ont procédé à un millier d'analyses d'échantillons centrées sur ces graines germées. Aucune analyse n'a été positive mais les études épidémiologiques et les enquêtes de traçabilité permettent néanmoins d'identifier les graines germées comme étant la source de l'épidémie.

«Il est très satisfaisant de présenter cette découverte aujourd'hui, d'être en mesure d'isoler la cause et la source de l'infection», a ajouté Reinhard Burger. L'enquête s'est centrée sur une ferme bio du Land de Basse-Saxe, qui a été fermée le week-end dernier.La souche particulièrement virulente de la bactérie Escherichia coli en cause dans cette flambée épidémique peut provoquer des hémorragies intestinales.

La Russie devrait assouplir son embargo sur les légumes ce vendredi. Plus tôt dans la matinée, Moscou s’était dit prête à l’assouplir si l'Union européenne apportait des garanties sur la sécurité de ses aliments. «Quand nous aurons des garanties, y compris des tests de laboratoires, nous reprendrons (les importations)», a déclaré à la presse Gennady Onishchenko, qui dirige l'organisme Rospotrebnadzor.

Voir le reportage

 

Mots-clés :