Jack Lang lors d'une conférence sur les enjeux actuels de la culture, le 06 décembre 2010 à Nancy
Jack Lang lors d'une conférence sur les enjeux actuels de la culture, le 06 décembre 2010 à Nancy - POL EMILE/SIPA

Julien Ménielle

La chasse au ministre partouzeur pédophile est ouverte. Depuis les déclarations fracassantes de Luc Ferry, lundi sur le plateau du «Grand Journal», les spéculations sur l’identité de celui qui s’est fait pincer au Maroc dans une orgie «avec des petits garçons» vont bon train. Pour lexpress.fr, il s’agirait d’une vieille rumeur incriminant Jack Lang, ce que ce dernier dément, de même que Jean-François Kahn, à qui Luc Ferry aurait confié le nom du fautif.

«La vulgarité est de notre monde»

«Je ne souhaite pas me mêler de ces histoires pour l'instant. Je m'exprimerai en temps et en heure. Cette affaire est tristement banale, la vulgarité est de notre monde», a déploré Jack Lang, interrogé par lefigaro.fr. L’ancien ministre socialiste s’est même fait menaçant: «Seront poursuivis pénalement tous ceux -journaux et personnes- qui mettront mon honneur en cause».

>> Luc Ferry est sommé d'en dire plus. Les déclarations par ici.

Pour laver son honneur, Jack Lang peut compter sur Jean-François Kahn. L’ancien journaliste, présent lundi sur le plateau de Canal+, affirme au site arrêt sur images que Luc Ferry lui a donné le nom du ministre après l’émission. Et il est formel: «Ce n’est pas Jack Lang». Le fondateur de Marianne affirme même que «tout le monde sait de qui il s'agit». Tout le monde ou presque, manifestement.

En raison de débordements, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.