A la prison de Muret, près de Toulouse, le 21 avril 2006.
A la prison de Muret, près de Toulouse, le 21 avril 2006. - BORDAS/SIPA

Vincent Vantighem

La cour administrative d’appel de Paris a donné raison, ce lundi, aux témoins de Jéhovah dans l’affaire l’opposant au ministère de la Justice. Dans cinq dossiers distincts, les témoins de Jéhovah avaient réclamé le droit de pratiquer leur culte en prison.

Après avoir obtenu gain de cause en première instance, ils ont donc vu la décision confirmée en appel. Dans un de ces dossiers, un détenu de Muret (Haute-Garonne) avait notamment réussi à faire condamner l’administration pénitentiaire à lui verser 3.000 euros de dommages et intérêts pour lui avoir interdit de recevoir un aumônier de son culte dans son centre de détention.

Par ailleurs, la cour administrative d’appel de Paris a également débouté le ministère de la Justice, qui contestait l’agrément d’aumônier des prisons réclamé par des témoins de Jéhovah.