Un policier de l'unité scientifique de New York à l'entrée de l'hôtel Sofitel à New York, où a séjourné Dominique Strauss-Kahn, le 14 mai 2011.
Un policier de l'unité scientifique de New York à l'entrée de l'hôtel Sofitel à New York, où a séjourné Dominique Strauss-Kahn, le 14 mai 2011. - John Minchillo/AP/SIPA

Matthieu Goar, envoyé spécial à New York

«Sais-tu qui je suis? Sais-tu qui je suis?» C’est ce qu’aurait déclaré Dominique Strauss-Kahn à la femme de chambre qui ne savait pas qui se trouvait dans la suite 2806, selon Fox News, qui s’appuie sur une source judiciaire.

Sorti nu de sa salle de bains, Strauss-Kahn aurait commencé l'agression en touchant les seins de la femme de ménage. Toujours selon la chaîne d’information américaine, la femme aurait tenté de l’arrêter en appitoyant l'homme politique. «S’il vous plaît, non, aurait-elle dit à DSK. Je ne peux pas perdre mon travail, j’en ai besoin. Je vais le perdre, s’il vous plaît.» DSK lui aurait alors répondu: «Ne t’inquiète pas bébé, tu ne vas pas perdre ton travail. Ne t'inquite pas. Sais-tu qui je suis? Sais-tu qui je suis»

Elle tombe en s'enfuyant

Ensuite, la femme de ménage a voulu effrayer Strauss-Kahn en prétendant  que son manager était dans le couloir. Fox News affirme que DSK continuait alors à la presser dans le corridor de la suite. La femme de ménage aurait alors tenté de s’enfuir avant de glisser sur un journal et de tomber à genoux.

C’est à ce moment-là que DSK l’aurait forcé à lui faire une fellation. Elle l'aurait alors repoussé contre une armoire. Le Français porterait une marque dans le dos, selon le site d’information. C’est à ce moment-là, que la jeune femme serait sortie et se serait réfugiée auprès de collègues en pleurant et crachant.