L'hôtel Sofitel de New-York, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre, le 15 mai 2011.
L'hôtel Sofitel de New-York, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre, le 15 mai 2011. - BEHAR ANTHONY/SIPA

Pour ceux qui ont suivi de près l'affaire DSK, il y a de quoi se perdre. «D'autres femmes de chambre avant Ophelia -une femme charmante de 32 ans qui travaillait très bien- avaient été agressées.» Quand Bernard Debré évoque la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l’avoir agressée sexuellement, il utilise le prénom qui circule officieusement depuis dimanche. Pourtant, surprise, depuis, la jeune portoricaine de 32 ans s’est muée en afro-américaine et en a profité pour changer de nom. Elle s’appelle désormais Nafissatou Diallo.

«Gros seins» et «belles fesses»

La jeune femme est présentée comme étant Sénégalaise. Ou Ghanéenne. A moins que ce ne soit Guinéenne. La seule chose sur laquelle tout le monde s’accorde, c’est son côté lisse et sans histoire. Le groupe hôtelier qui l’emploie loue son travail et son comportement et lui aurait attribué la note de 4,5 sur 5. Du côté de ses voisins du Bronx, même concert de louanges.

La plaignante aurait emménagé seule il y a quelques mois dans un immeuble décrit comme vétuste, avec sa fille adolescente. Physiquement, elle semble loin de la femme «très peu séduisante» qu’auraient décrit les avocats de DSK. Un chauffeur de taxi évoquait lundi ses «gros seins» et ses «belles fesses», tandis qu’une voisine dépeint une femme «extrêmement belle».

«Très renfermée», elle «a peur des autres»

Elle n’a jamais fait parler d’elle dans le voisinage, qui évoque une femme travailleuse et souriante, mais aussi discrète, voire craintive. «C’est une personne très renfermée» qui «a peur des autres», dit d’elle Mark Gangadeen, présenté par le Daily Mail comme une connaissance de la jeune femme. «Il est inconcevable qu’elle puisse mentir», affirme Mark Gangadeen. «C’est une merveilleuse immigrée d’Afrique de l’ouest qui veut juste travailler dur», enrage son frère qui travaille dans un restaurant à Harlem.

C’est son frère que la jeune femme a appelé samedi, en larmes, pour lui annoncer: «Quelqu’un m’a fait quelque chose de très mal.» Depuis, sa concierge et une voisine indiquent ne pas l’avoir revue. La femme de chambre serait sous la protection de la police, qui préserve son anonymat. Pourtant, en Afrique, on s’inquiète: «Cet événement prend une dimension plus particulière, lit-on sur GuineeConakry.info, vu que la victime serait d’origine guinéenne. Une certaine Safiatou Diallo.» Safiatou?

Mots-clés :