La proposition de Copé figurait au programme de Sarkozy en 2007.
La proposition de Copé figurait au programme de Sarkozy en 2007. - WITT / SIPA

Alexandre Sulzer

Garde à vous. Pour le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, tout débat est bon à prendre. Son club politique, Génération France, tientra mardi une convention sur les jeunes pour apporter de l'eau au moulin du programme pour la présidentielle.

«Que chaque jeune s'engage»

Proposition phare de Jean-François Copé: l'instauration d'un service civique obligatoire de quatre mois pour tous les jeunes entre 18 et 25 ans. «L'objectif est que chaque jeune s'engage pour les autres et pour son pays.» Après un tronc commun de quinze jours, au cours duquel chaque jeune définirait son projet personnel, le service proprement dit suivrait. Il s'agirait de missions de service public pour lesquels les jeunes seraient rémunérés 350 € par mois.

>> Retrouvez l'interview exclusive de Jean-François Copé par ici

Une proposition chiffrée entre 1,8 et 2 milliards d'euros. Et peu importe si cette idée figurait déjà au programme de Nicolas Sarkozy en 2007... Car le service civique facultatif, mis en place par Martin Hirsch, ne remplit pas son «objectif de mixité sociale» avec à peine 10.000 jeunes par an qui le font. Outre l'abaissement à 16 ans de l'âge de la majorité associative, qui permettrait à un mineur d'exercer des responsabilités au sein d'une association – ce qui est aujourd'hui impossible –, Jean-François Copé suggère la mise en place de classes «métiers-études».

Sur le modèle des «sport-études», il s'agirait, pour certains jeunes dès 14 ans, de combiner enseignement généraliste et découverte des métiers manuels au sein de l'établissement scolaire. Une façon de revenir sur le collège unique qui a, selon Jean-François Copé, «formaté toute une classe d'âge».