Que sait-on sur la disparition de la joggeuse de Bouloc?

9 contributions
Publié le 17 février 2011.

DECRYPTAGE - Le point sur l'affaire, alors que la piste criminelle est désormais privilégiée...

Un important dispositif de recherches était déployé ce mercredi pour retrouver Patricia Bouchon, disparue depuis lundi matin près de Toulouse. «L'hypothèse criminelle est suffisamment privilégiée pour que l'enquête, menée par les gendarmes depuis lundi matin pour une disparition inquiétante, bascule dans un cadre criminel pour enlèvement, séquestration et violence volontaire», a déclaré ce mercredi le procureur de la République de Toulouse Michel Valet. Que sait-on de l’affaire? 20minutes.fr fait le point.

Qui est Patricia Bouchon?
Une mère de famille de 49 ans, secrétaire dans un cabinet d'avocats. Il s’agit d’une femme mince d' 1m60 et 50 kilos, aux cheveux mi-longs châtain clair, qui «n'était pas connue pour avoir le moindre problème», pour Michel Valet.

Dans quelles circonstances a-t-elle disparu?
En faisant son jogging matinal. Tous les jours, elle part courir avant le travail vers 4h30 du matin sur les routes départementales et chemins à proximité de son domicile situé un peu en dehors de Bouloc (Haute-Garonne), à une trentaine de kilomètres au nord de Toulouse. Vêtue d’un jogging bleu marine, d’un sweat-shirt noir et d’un K-Way bleu, elle n'avait emporté que ses clés - ni argent, ni portable - quand elle est sortie de sa maison, près d'un complexe sportif et d'un bois.

Qui est la dernière personne à l’avoir vue?
Selon les premiers témoignages recueillis, il s’agit du boulanger qui l’a aperçue, en route vers sa boutique, vers 4h45. Ne la voyant pas revenir, son mari a donné l’alerte vers 6h30. «Elle part tous les jours vers 4h30, d’habitude, elle court 35 minutes, je m’en suis rendu compte à 6h», indique Christian Bouchon.

Qu’est-ce que les enquêteurs ont découvert pour l’instant?
Des tâches de sang, «dont une importante», et des effets personnels reconnus comme appartenant à Patricia Bouchon – une boucle d’oreille et un chouchou - ont été découverts dans un chemin de terre en impasse à plus d’1 kilomètre de son domicile. Son circuit habituel pouvait la mener dans cette zone, mais les enquêteurs s'interrogent sur les raisons de sa présence dans cette impasse, bordée de trois maisons. Selon Le Parisien,  des traces de pneus de voiture auraient été découvertes également sur place et une des habitantes auraient entendu des voix d'homme autour de 6h30 du matin.
Des traces suspectes ont également été retrouvées sur la route menant à Villaudric, mais il s'agit de sang animal selon les analyses.

Quel est le dispositif de recherches? 
Un important dispositif de recherches a été mis en place: 120 gendarmes sont mobilisées sur le terrain, dont 25 de la section de recherche et six techniciens d’investigation criminelle. Ils sont appuyées par un hélicoptère, des brigades cynophiles (avec des chiens) et des plongeurs. Tous les moyens sont exploités: la collecte de renseignements, les recoupements, les auditions de témoins et le «débroussaillage» de la multitude d'informations qui arrivent spontanément à la gendarmerie, a confié une source proche de l’enquête à l’AFP.

C. F.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr