Une Vendéenne de 19 ans élue Miss Ronde France 2011

34 contributions
Publié le 11 décembre 2010.

CONCOURS - «Je suis très fière de représenter les rondes, c'est un grand honneur pour moi», a déclaré la Miss...

Marion Bogaert, une jeune femme voluptueuse de 19 ans originaire de la Roche-sur-Yon, en Vendée, a été couronnée Miss Ronde France 2011, vendredi soir à la Cité de la dentelle de Calais, dans le Pas-de-Calais. Marion Bogaert (1,70 m pour 95 kilos) a reçu des mains de la Miss 2010, Sabine Jazmati, une Strasbourgeoise de 31 ans (78 kilos pour 1,62 m), le diadème et l'écharpe de dentelle floquée d'argent consacrant chaque année depuis 2005 la jeune femme aux rondeurs les plus agréables.

«Je suis très fière de représenter les rondes, c'est un grand honneur pour moi. J'espère toute l'année de mon règne être à la hauteur de ma couronne», a déclaré la lauréate. Pendant plus de quatre heures, les 22 finalistes sélectionnées parmi une cinquantaine de prétendantes ont défilé, sur un podium agrémenté d'amaryllis et d'orchidées, en robe ou jupe et hauts à amples décolletés.

«Je n'ai qu'une philosophie, être acceptée comme je suis»

Encouragées par la musique d'Amel Bent («Je n'ai qu'une philosophie, être acceptée comme je suis»), certaines ont poussé l'audace jusqu'à l'effeuillage et se sont présentées à la centaine de spectateurs en corset et bas résille. Agées de 20 à 40 ans en moyenne, les candidates de l'édition 2011 venaient d'Alsace, de Bretagne, du Puy-de-Dôme ou encore de Paris. La majorité d'entre elles résident dans l'est de la France, mais la Normandie monte en puissance, selon les organisateurs.

Miss Ronde s'adresse aux femmes dont le poids est d'au moins six kilos supérieur à leur taille (56 kilos pour 1,50 m, par exemple). La plus ronde affichait cette année un «surpoids» de plus de 40 kilos. Ce concours amateur a été créé par Thierry Frézard, un psychothérapeute calaisien qui a longtemps reçu des femmes rondes en consultation.

Le concours «permet aux candidates de mieux se sentir dans leur peau»

«Au départ, j'ai fait ça pour ma femme (3e dauphine de la première édition), pour lui montrer qu'elle pouvait plaire», explique-t-il élégamment. «Il permet aux candidates de mieux se sentir dans leur peau, certaines retrouvent même la confiance nécessaire pour occuper un emploi», affirme Thierry Frézard.

Seule note discordante de la soirée: une candidate parisienne, Marie Baux, 28 ans, a dénoncé au moment de se présenter au public ce qu'elle a qualifié de «foire aux bestiaux». «Les femmes valent mieux que ce concours. Nous méritons des jurés professionnels et une élection digne des autres Miss. Il faut arrêter de prendre les rondes pour des bêtes de foire», a-t-elle déclaré à l'AFP.

© 2010 AFP
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr