Neige en Ile-de-France: «Après 7h30, Je suis arrivé chez moi nerveux, à fleur de peau»

107 contributions
Publié le 9 décembre 2010.

TEMOIGNAGES - Les automobilistes franciliens racontent leur galère...

Des automobilistes en colère. C'est ce qui ressort des nombreux témoignages recueillis par 20minutes.fr après les importantes chutes de neige qui ont complètement paralysé la circulation en Ile-de-France. «J’ai mis 7h30 pour rentrer du travail, mercredi, déplore Régis, 29 ans. Je suis parti du travail à 14h de Levallois et suis rentré à Igny (Essonne) à 21h30. Je ne me suis pas engagé sur la N118 car elle était fermée. En revanche, par les petites routes, du coup, j’ai mis 5h pour faire 5km en montée. Le plus insupportable était d’entendre un ministre à la radio qui nous disait que tout allait bien. Alors qu’on était en train de galérer. Je suis arrivé chez moi nerveux, à fleur de peau. En 7h30 de blocage, j’ai vu le Samu, et une voiture de policiers en civil. Pas de CRS ni de saleuses. Aujourd’hui, je télé-travaille.»

De nombreux internautes ont également partagé leur expérience sur le site. Fondar raconte qu’il a mis «plus de sept heures pour rentrer chez [lui], pour faire seulement 25 kilomètres.» jphi72 indique pour sa part avoir «mis plus de quatre heure pour faire les 5 kilomètres qui mènent à [son] domicile», alors que son employeur l’avait laissé partir deux heures plus tôt.

Puce77, elle, a mis quatre heures pour faire huit kilomètres. «Je m'estime heureuse car d'autres n'ont même pas pu rentrer chez eux ou ont mis plus de temps». La palme de l’attente revient en effet à xixix: «11h pour faire 22 km, Francilienne bloquée, patinoire géante, même à l'arrêt les voitures glissaient.» xixix est visiblement en colère: «Merci la DDE d'avoir économisé le sel et les chasse-neige, merci Hortefeux pour ses provocations et mensonges, j'ai pas vu la couleur d'un gendarme ou pompier.» Contacté par 20minutes.fr, cet internaute, âgé de 25 ans et salarié dans une entreprise en informatique dans le 77, poursuit: «Je suis parti à 15h30 de mon travail et j'ai mis dix heures pour faire environ 1,5 km entre Émerainville-Pontault-Combault parce que deux camions bloquaient la N104. Pour finir, je suis arrivé à 2h du matin chez moi (dans le 94).» Selon lui, les gens étaient plutôt organisés et solidaires. «Je n'ai entendu personne klaxonner.»

D’autre automobilistes ont pu être hébergés dans des gymnases ou des centres d’accueil. A Velizy 2, de nombreux naufragés de la route ont trouvé refuge. «Un millier de personnes est resté bloqué car on est à l’intersection de la N118 et de l’A86, explique à 20minutes.fr Emmanuel Zeller, directeur d’Auchan au centre commercial. Il est resté ouvert et les gens ont dormi là. Il y avait beaucoup d’enfants en bas-âge. Une vraie chaîne de solidarité s’est mise en route. L’hypermarché a donné à mangé et à boire, la protection civile a distribué des couvertures. Ça a commencé à se débloquer doucement vers 11h30 ce matin. Les entreprises aux alentours comme Dassault et Thales ont ouvert leurs bureaux à leurs collaborateurs et aux routiers durant la nuit».


Et vous, avez-vous été bloqué par la neige? Racontez-le nous ci-dessous dans les commentaires ou en envoyant votre témoignage ainsi que vos photos ou vidéos à reporter-mobile@20minutes.fr

C. F., A. B. et W. M.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr