Neige: polémique autour de l'absence de «pagaille» constatée par Hortefeux

241 contributions
Publié le 10 décembre 2010.

METEO - Le ministre a–t-il péché par excès de confiance ou méconnaissance du dossier?

Brice Hortefeux a-t-il fait une Jean-Louis Borloo? On se souvient qu’au plus fort de la grève des raffineries, l’ex-ministre de l’Ecologie assurait qu’il n’y avait et n’y aurait pas de «pénurie» d’essence, alors que des dizaines de stations-essence étaient à sec. Mercredi, le ministre de l’Intérieur a semblé frappé par le même syndrome de cécité. Vers 16 heures, il a assuré lors d’un point presse qu’ «il n’y avait pas de pagaille» et que les seuls problèmes se concentraient «sur les routes lorsqu’elles sont inclinées».  

>> Suivez en direct l'évolution de la situation

«Généralement, vous savez ce qu’il y a avec ‘pagaille’, c’est 'pagaille indescriptible'. Vous voyez, précisément, là on décrit la réalité de la situation et ça démontre qu’il n’y a pas de pagaille», a-t-il même osé dire, admettant seulement des «complications». Pourtant, à cette heure là déjà, plusieurs dizaines de kilomètres de bouchons étaient signalés et la circulation très très compliquée sur la plupart des axes majeurs franciliens et l’aéroport de Roissy-Charle-de-Gaulle avait dû fermer en raison des intempéries.

Hortefeux s'invite sur Europe 1

De fait, les propos d'Hortefeux ont déclenché la colère de certains voire des railleries. Sur Canal +, le sénateur centriste Jean Arthuis a taclé Brice Hortefeux. «Peut-être que les capteurs du ministre étaient aussi victimes du gel et du froid», a-t-il raillé. Le gouvernement n’a «pas pris la mesure» de la situatrion, «les services publics ont été pris de court», a ajouté le centriste.    

Du coup, pour éteindre la polémique, le ministre de l'Intérieur s'est invité sur Europe 1 pour s'expliquer. Il a fait amende honorable, assurant qu’il n’avait pas cherché «à nier la réalité» mais que la situation mercredi après-midi «s’est aggravée» brutalement «mais que ça devrait revenir à la normale autour de l’après-midi».

 

Interrogée sur BFM Tv, Nadine Morano a défendu son collègue. «Plutôt que de se moquer», rétorque-t-elle à Jean-Jacques Bourdin, il faut regarder «la situation météorologique exceptionnelle», du jamais vu depuis «une génération». D’après elle, après que le ministre a parlé, il y a eu «une nette dégradation des températures» qui n’était pas prévue.  «Tous les moyens ont été mis en œuvre mais peut-être faudrait-il améliorer les moyens d’informations», a-t-elle consenti à dire.     

Lors d'une conférence de presse tenue à la mi-journée, Brice Hortefeux s'est montré très nerveux, voire cassant envers les journalistes. Interrogé une nouvelle fois sur son «fail»  de mercredi, il répond: «plutôt que de disserter sur la pagaille, je préfère livrer bataille». Et promet une «amélioration toute la journée» même s’il y a «un risque de regel dans la nuit».  S'il «comprend le sentiment d’incompréhension et de colère»,  il insiste sur le fait que la situation a été mieux géré qu’en 2003. Pas très réconfortant pour ceux qui ont passé la nuit dans leur voiture. 
 

 

M.P.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr