J. M.

Il violait ses victimes avant de les laisser pendues à des arbres. Le violeur de chèvres a été condamné mercredi à cinq mois de prison avec sursis. Mis à l’épreuve pendant 2 ans, il devra suivre une thérapie.

C’est l’été dernier que des éleveurs d’Usseau, entre la Charente-Maritime et les Deux-Sèvres, cherchent à comprendre pourquoi ils retrouvent régulièrement  leurs bêtes en si fâcheuse posture. Après quelques nuits à monter la garde, ils interceptent un suspect, le 2 octobre dernier.

La production de lait a chuté

L’homme, un célibataire de 52 ans, reconnaîtra avoir abusé des chèvres, pour lesquelles il avoue éprouver une attirance particulière. Les agriculteurs, qui ont perdu plusieurs animaux dans l’histoire, affirment que les survivantes ont été soumise à un stress tel que leur production de lait a chuté.

A leur plainte, se joignent des associations de défense des animaux. Chaque partie civile a reçu 1.000 euros de dommages et intérêts. «Ce monsieur est extrêmement honteux d'être ici aujourd'hui. C'est quelqu'un qui est en souffrance. Il ne faudrait pas que cette affaire se solde par son suicide», a déclaré son avocat. En plus de sa condamnation, il lui a été interdit de posséder des animaux, et ce de façon définitive.