avec AFP

Un adolescent de 17 ans qui avait affirmé en septembre 2008 avoir été frappé par son professeur, lequel s'était ensuite suicidé, est jugé mercredi pour dénonciation calomnieuse par le tribunal pour enfants de Laon.
La victime, un professeur du collège César-Savart de Saint-Michel (Aisne), avait été retrouvé pendu à son domicile le 20 septembre 2008 au lendemain de sa garde à vue, consécutive à la plainte déposée par l'adolescent, qui l'accusait de lui avoir donné un coup de poing dans une salle de classe où ils étaient seuls.
Le collégien avait reconnu avoir menti un mois après le drame. L'avocat de la famille du professeur, Me Francis Lec, a estimé, à quelques jours de l'audience, que le jeune homme ne devait pas être «un bouc émissaire d'une série de dysfonctionnements»: «Il est responsable, mais nous ne serons pas là pour accabler uniquement le mineur».