M.P.

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.


Journée cruciale ce mardi pour les contestataires de la réforme des retraites. Les étudiants sont appelés à manifester alors que la mobilisation contre le projet gouvernemental tend à s’effriter notamment dans le secteur pétrolier. Dans la journée le projet de loi doit issu de la commission mixte paritaire doit être examiné au Sénat pour être voté.

Les sénateurs seront à pied d’œuvre dès 10 heures et les débats seront strictement encadrés: les débats ont été limités à trois heures par la conférence des président du Sénat, ce qui empêchera l’opposition de faire encore durer les débats. Le vote solennel est prévu vers 14h30. Le texte ira ensuite à l’Assemblée, où les députés commenceront à l’examiner.

«Plusieurs dizaines d'actions»d'étudiants

Dans la rues, les étudiants souhaitent prendre le relais des lycéens jusque-là très présents dans les cortèges mais en vacances. L’Unef a prévu de prendre le relais avec «plusieurs dizaines d'actions» un peu partout en France. Des rassemblements à Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon, Toulouse, entre autres, sont annoncés. Des assemblées générales sont également prévues à Paris-1, Paris-7, Paris-8, Paris-13, Evry, Aix-en-Provence (lettres) et à Nantes.

Sur le front des carburants, le ministre de l'Energie, Jean-Louis Borloo, a tablé lundi soir sur un «objectif» de 4 stations sur 5 «en état de fonctionnement» mardi. Un pronostic que Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), a estimé lundi soir sur Public sénat «pas atteignable ». «Enfin, a-t-il dit, tout dépend de ce qu'on appelle fonctionnement normal».