dans les PME du bâtiment,« on n'avait pas besoin de ça »

0 contributions
Publié le 26 octobre 2010.

Valérie Bello s'inquiète chaque jour un peu plus. Si les blocages de carburant continuent, son entreprise de maçonnerie « court à la catastrophe » : retards de livraisons, retards sur les chantiers, et à la fin du mois des « pénalités » à payer aux offices HLM pour lesquels son entreprise travaille dans la Vienne. Grâce à sa petite avance de trésorerie, les dégâts pour l'instant sont surtout « psychologiques ». Mais sa peur « de licencier [ses]vingt gars » augmente à mesure que baisse sa cuve de carburant. « On n'avait pas besoin de ça », souffle la patronne.
Dans le secteur du bâtiment, on sent les blocages à des degrés divers. Pour ce carreleur du Nord, c'est une commande d'« un camion de tuiles » qui n'est pas arrivée. Pour ce menuisier du Poitou, ce sont les « deux heures payées chaque jour » à faire tourner des camions pour trouver du carburant, au lieu de travailler sur les chantiers. Mais l'activité journalière est globalement freinée.
Jean-Pierre Richard est entrepreneur « gros œuvre » dans les Bouches-du-Rhône. Il a besoin d'essence pour faire rouler ses camions, mais aussi de bitume pour ses travaux autoroutiers. Au début des blocages, pour anticiper, il a donc rempli sa cuve de 10 000 litres. « Avec du carburant d'Italie et d'Espagne, 15 % plus cher », précise-t-il. Tous les jours, il constate « des livraisons bloquées », une logistique « beaucoup plus complexe » à mettre en place pour travailler simplement.
Ces patrons de PME font souvent preuve d'une grande colère à l'égard des bloqueurs, « minorité scandaleuse » qui empêche de travailler la « majorité silencieuse. » « On a le plus grand mal à sortir du marasme économique », explique Jean-Pierre Richard. « Je n'accuse pas ceux qui font grève, ajoute Valérie Bello. « Mais avec la conjoncture, le moindre problème peut nous être fatal. »G. W.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr