Alerte à la bombe à Saint-Lazare: un suspect arrêté

ENQUETE L'homme de 53 ans interpellé à Meudon n'a pas le profil d'un terroriste...

C. F. et J. M.

— 

F.DUFOUR / AFP

Un suspect a été arrêté ce lundi à Meudon dans l’enquête sur une fausse alerte à la bombe à la gare Saint-Lazare, d'après la police, confirmant une information de TF1News. Contactée par 20minutes.fr, la préfecture de police (PP) a confirmé l'interpellation d'une personne de 53 ans, connue des services de police. Le site d’informations de la chaîne évoquait un jeune homme de 26 ans, avant de corriger l'âge.

La piste terroriste écartée

«C'est clair que l'on n'a pas affaire à un terroriste», a précisé une source proche du dossier. Le profil de l'homme permettrait en effet d'écarter «la piste terroriste», selon cette même source.

L'alerte à la bombe en question date de vendredi 1er octobre et n'avait pas été rendue publique. Il ne s'agit donc pas de celle du 27 septembre, date à laqulle un appel anonyme avait prévenu les responsables de la gare, vers 11h45, de la présence d'une bombe. Une méthode qui rappelait l'évacuation de la Tour Eiffel et de la station de RER de Saint-Michel, le 14 septembre dernier.

Confondu par les images de vidéosurveillance

L'interpellation a eu lieu vers 6h du matin par la section anti terroriste de la brigade criminelle, a précisé la PP dans un communiqué. L'homme est suspecté d'être l'auteur de l'appel annonçant la présence d'une bombe dans la gare, passé vendredi vers midi à la salle d’information et de commandement de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

Une fois la cabine localisée, le parquet de Paris a saisi la brigade criminelle qui a envoyé sur place les services de l’identité judiciaire. C'est finalement l'examen des images de vidéosurveillance et l'intervention de la police technique et scientifique qui ont permis d'identifier le suspect.

Impliqué dans d'autres fausses alertes?

Il s'agit de la première interpellation dans les enquêtes sur les différentes alertes à la bombe ayant visé récemment plusieurs lieux de la capitale, dont la Tour Eiffel. Toutes ces alertes se sont révélées sans fondement.

Mais, selon TF1news.fr, l’individu sest soupçonné d'avoir lancé plusieurs fausses alertes similaires. Et aurait reconnu être l'auteur de celle qui avait conduit à évacuer la gare Saint-Lazare. Contacté par 20minutes.fr, le parquet de Paris n’avait pas encore réagi. La PP précise cependant que les appels malveillants sont prévus par l’article 434-26 du code pénal et punis de 6 mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amende.

Mots-clés :