- HALARY / SIPA

«Chaud et humide», «des toilettes sales et qui sentent mauvais», «un personnel agressif et désagréable»… Ce sont quelques-unes des remarques de voyageurs mentionnées sur le site  The Guide to Sleeping in Airports, qui a placé Roissy-Charles-de-Gaulle comme le pire aéroport du monde de l’année 2009, rapporte ce mercredi Le Parisien. Ce classement, établi grâce aux témoignages de milliers de passagers du monde entier qui défilent chaque jour dans l’aéroport parisien, n’est pourtant pas le seul à lui décerner un bonnet d’âne.

Roissy absent des Top 10

Si The Guide to Sleeping in Airports ne juge que les commodités pour dormir à l’intérieur des terminaux, d’autres organismes chargés de classer les aéroports mondiaux selon toutes sortes de critères (environnement, commerces, services, accès…) ne redorent absolument pas le blason du premier aéroport français qui ne figure jamais dans le top 10 des meilleures plates-formes mondiales (trusté par les Asiatiques) ou même européennes.

Et du côté d’Aéroports de Paris (ADP), on ne comprend pas ce qui ne va pas. «Les derniers indicateurs internationaux montrent, par exemple, que Roissy a progressé deux fois plus vite que les sites étrangers de taille comparable. Quant à nos enquêtes auprès du public, elles indiquent une augmentation régulière du taux de satisfaction. Fin 2009, il atteignait 86,5 %», déclarait Dominique Mary, directrice satisfaction clientèle d’Aéroports de Paris (ADP), dans le numéro de mai dernier de Que Choisir.

L’aéroport de Francfort, modèle européen

A croire que le public est versatile. Celui qui a été consulté dans une grande enquête européenne fin 2009 par le magazine dédié aux consommateurs a placé Roissy bon dernier des vingt plus grands aéroports d’Europe (un classement qui intégrait également New York-JFK, ndlr). Si «le pari de la qualité est naturellement plus difficile à tenir pour les plates-formes les plus fréquentées, quelques unes le tiennent, à l’image de Francfort», explique Que Choisir.

Pour le magazine, l’aéroport de Francfort, est un modèle, «un mastodonte facile à vivre»: longues galeries lumineuses, toilettes propres et nombreuses, indications efficaces, zones d’embarquement bien équipées en sièges, filtrage rapide… Tout le contraire de Roissy dont Jacques Attali se plaignait tant il y a un an sur Slate.

Amélioration de la qualité du service d’ici 2016

«A toute heure du jour, l'arrivée y est consternante et j'imagine l'idée que peut se faire de la France celui qui y débarque pour la première fois: quelques vagues et hideux  panneaux de bienvenue dignes de Berlin-Est, éparpillés dans des couloirs mal signalés. Aucune figure humaine, aucun accueil», écrivait l’économiste. «Tout y est trop souvent sale ou au moins douteux: les couloirs, les escaliers mécaniques, les toilettes, pour ne pas parler de certains restaurants...», ajoutait-il.

Que les voyageurs se rassurent, ADP prépare sa révolution. «Après avoir aménagé des terminaux et des pistes, la priorité du prochain contrat (2011-2016) porte justement sur l’amélioration de la qualité de service. Un objectif qui mobilisera tous nos investissements dans les cinq années qui viennent», a indiqué la direction de la plate-forme parisienne au Parisien. Peut-être que U2 sera alors prêt à revenir à Roissy pour tourner l’un de ses clips comme le groupe irlandais l’avait déjà fait avec «Beautiful Day» il y a dix ans.

Et vous, que pensez-vous de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle? Est-il le pire que vous ayez fréquenté? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous.

Ce que les voyageurs reprochent à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle

- la saleté des sanitaires

- le manque de consignes à bagages (il y en a une depuis le 1er juin, 15 euros la journée)

- l’absence de douches (sauf pour les voyageurs en classe affaires ou première)

- l’absence de zones de Wifi gratuit

- l’absence de zones de repos

- le manque de clarté des indications et des navettes entre les terminaux

- le manque de politesse du personnel

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé