Nora Berra, Secretaire dÍEtat chargee des Ainees, ecoute les intervenants, a la prefecture du Rhone, lors d'un debat sur l'identite nationale. Lyon, (Rhone) FRANCE-22/01/2010.
Nora Berra, Secretaire dÍEtat chargee des Ainees, ecoute les intervenants, a la prefecture du Rhone, lors d'un debat sur l'identite nationale. Lyon, (Rhone) FRANCE-22/01/2010. - Favolle Pascal

J. M. avec AFP

Nora Berra, secrétaire d'Etat aux Aînés, a présenté ce jeudi une série de propositions pour améliorer le maintien à domicile des personnes âgées, via notamment des aménagements du logement ou les nouvelles technologies. «Les aînés souhaitent majoritairement continuer à vivre chez eux» mais «avec l'avancée en âge, vivre chez soi se heurte à divers obstacles», a affirmé la secrétaire d'Etat.

«Valoriser» les métiers indispensables à la vie à domicile

Environ 90% des plus de 75 ans vivent chez eux. Le rapport «Vivre chez soi», commandé à des acteurs du secteur du vieillissement, propose un «diagnostic autonomie habitat», pour évaluer les aménagements nécessaires pour qu'ils puissent rester chez eux sans s'exposer à des risques, comme «l'isolement, les accidents domestiques et les abus de confiance».

Il s'agit aussi d'identifier des technologies utiles aux personnes âgées. Le rapport propose par exemple une connexion Internet moins chère pour les «seniors». Le rapport propose aussi d'améliorer la gestion des services à la personne, de créer des logement sociaux pour personnes âgées et de «valoriser» les métiers indispensables à la vie à domicile (aide ménagère, infirmière, animateur).

Le relationnel avant la technique

Le rapport est «positionné à côté» des vraies questions, estime toutefois le sociologue du vieillissement, Bernard Ennuyer, également directeur d'une association de services à domicile. «Le maintien à domicile, ce n'est pas d'abord une question de technique, c'est une question relationnelle», et cela «s'améliore par des formations» de personnel, juge-t-il.

Le vrai frein au maintien à domicile, «c'est l'insuffisance des politiques publiques», ajoute le sociologue. «Il y a un paquet de gens qui voudraient rester chez eux, mais ils ont des besoins qu'ils ne peuvent pas payer car l'Allocation personnalisée d'Autonomie est insuffisante», indique Bernard Ennuyer, jugeant qu'il «faudrait la doubler», soit 5 à 7 milliards d'euros supplémentaires. Le gouvernement doit s'attaquer fin 2010 à la réforme de la prise en charge de la dépendance des personnes âgées et handicapées.