Roselyne Bachelot cumulerait retraite de parlementaire et salaire de ministre.
Roselyne Bachelot cumulerait retraite de parlementaire et salaire de ministre. - SICHOV / SIPA

Le battement d'aile du Canard enchaîné aura provoqué un séisme au sein de la majorité. Au point que François Baroin, le ministre du Budget, a estimé hier sur iTélé que le Parlement « ne pourra s'exonérer » d'une réforme du régime de retraite des parlementaires.
Depuis mercredi et la publication de l'article dénonçant le cumul de rémunérations publiques de Christine Boutin (17 500 € mensuels), tout est allé très vite. Aveux de l'ex-ministre du Logement, mise en garde d'Eric Woerth et de Bernard Accoyer, jusqu'à ce que Christine Boutin renonce à son salaire de 9 500 € par mois pour sa mission sur la mondialisation. « Je suis en train de créer une jurisprudence […], parce qu'il y a beaucoup de gens qui sont dans cette situation. »

Un cumul légal
Mais l'affaire rebondit : ils seraient dix ministres en exercice et anciens parlementaires de plus de 60 ans au sein du gouvernement à pouvoir bénéficier d'un cumul de rémunérations. Parmi eux, Roselyne Bachelot, Michèle Alliot-Marie, Jean-Marie Bockel et Henri de Raincourt, qui tous admettent toucher leur retraite parlementaire en même temps que leur traitement de ministre. D'autres, comme Michel Mercier, Hubert Falco, Alain Marleix, Hervé Novelli, Christian Blanc et Patrick Devedjian, n'auraient pas encore soldé leur retraite. Un cumul légal, mais qui, à l'heure où l'on s'apprête à reculer l'âge de départ à la retraite, peut paraître choquant.
Plus que la retraite de Christine Boutin, c'est le montant de sa rémunération qui, selon René Dosière, député apparenté PS, spécialiste des comptes publics, a choqué. Parions qu'il en sera de même pour les membres du gouvernement. Selon un sondage Ifop, 80 % des sondés sont favorables à une baisse du salaire des ministres, qui avoisine les 14 000 € mensuels.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé