«Un train discothèque», «un climat insécurisant»… Comment les passagers du TGV Paris-Evian ont-ils vécu leur mésaventure?

FAITS DIVERS Les incivilités d'une centaine de voyageurs, samedi, ont poussé la SNCF à détourner le TGV Paris-Evian sur Lyon et à mobiliser une importante opération de police... 

Jérémy Laugier

— 

Photos d'illustration de la gare de Lyon-Part-Dieu à Lyon.

Photos d'illustration de la gare de Lyon-Part-Dieu à Lyon. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK AFP

En quittant peu après 7 heures samedi la gare de Lyon à Paris, plus de 600 voyageurs comptaient bien profiter d’un week-end dépaysant à la montagne. Celui-ci a très mal démarré pour eux avec plus de trois heures de retard pour ce TGV Paris-Evian, avec en point d’orgue un déroutement exceptionnel en gare de Lyon Part-Dieu et une opération d’envergure de la police.

>> A lire aussi : VIDEO. Gare de Lyon Part-Dieu: Vaste opération de police après des débordements dans un train, 30 interpellations

La cause ? Une centaine de jeunes de la communauté des gens du voyage ont mis de la musique à un volume très important, tout en fumant, en buvant, et en vidant même des bouteilles sur des sièges. « Ils ont pris le train pour une discothèque » a notamment indiqué la préfecture du Rhône.

« J’ai cru qu’il y avait une bombe dans le train »

Des agissements ayant entraîné 30 interpellations et une garde à vue (pour avoir donné un coup de coude à un commissaire de police) qui n’ont pas manqué de faire réagir les autres voyageurs. « C’était un bordel sans nom, des jeunes ont privatisé le wagon-bar et j’ai vu passer des mecs menottés. Je n’ai plus qu’à annuler mon week-end », a confié un Parisien au Progrès.

« A la Part-Dieu, il y avait plein de policiers et de militaires sur le quai, explique Yohann, un autre passager. Nous avions interdiction de descendre. Le climat était très insécurisant et inconfortable. J’ai cru qu’il y avait une bombe dans le train. Au final, je trouve qu’il y a eu une disproportion entre le déploiement policier et la réalité des choses. »