Les infos immanquables du jour: Manifestations en Iran, agression à Champigny-sur-Marne et arrestation d'Emilie König

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce mardi 2 janvier... 

Armelle Le Goff

— 

Les incidents en Iran la nuit du Nouvel An.

Les incidents en Iran la nuit du Nouvel An. — Handout / MEHR NEWS / AFP

Que vous soyez à Nonancourt ou à Quetigny, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus partagé du jour : Agression de deux policiers à Champigny-sur-Marne: La difficile identification des auteurs

Les vidéos sont un peu floues, souvent mal cadrées mais suffisent à témoigner de la violence de l’agression. Dans la nuit du Nouvel An, alors qu’ils intervenaient sur une soirée en train de dégénérer, deux policiers ont été passés à tabac par un groupe d’individus à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. Identifier les auteurs des coups n’est pas chose aisée, comme l’explique cet article de Caroline Politi à lire là.

L’article le plus lu du jour : La Française Emilie König, égérie de Daesh, aurait été arrêtée en Syrie

Emilie König, Française la plus recherchée par les services de renseignements hexagonaux et internationaux, aurait été appréhendée. La Bretonne de 30 ans a servi de recruteuse pour le groupe Etat islamique depuis la Syrie, où elle a été arrêtée par les forces kurdes, affirme RMC ce mardi. Une info à retrouver là. 

L’article le plus à lire du jour : Manifestations en Iran: «Les gens qui sont dans la rue aujourd’hui n’ont plus rien à perdre»

Bâtiments publics incendiés, slogans hostiles à l’encontre du président Hassan Rohani… Depuis jeudi, le pouvoir iranien fait face à une vague d’émeutes et de manifestations inédite depuis le grand mouvement de 2009. Au moins 21 personnes, dont 16 manifestants, ont perdu la vie depuis la semaine dernière.

Pour Azadeh Kian, professeur de sociologie à l’université Paris 7-Diderot et spécialiste de l’Iran, le régime iranien « a peur » de cette nouvelle mobilisation qui s’appuie avant tout sur des demandes économiques. Elle en parle ici. 

Mots-clés :