Le ministère de la Justice veut installer des téléphones dans chaque cellule

PRISON « Cela favorise la réinsertion, en maintenant les liens familiaux », a expliqué la chancellerie...

20 Minutes avec AFP

— 

Des téléphones dans une prison de Béziers

Des téléphones dans une prison de Béziers — DAMOURETTE/SIPA

Des téléphones vont bientôt être installés dans les cellules des prisons françaises. Le ministère de la Justice a en effet lancé un appel d’offres pour installer des appareils et ainsi permettre aux détenus d’appeler des numéros autorisés par le juge ou l’administration pénitentiaire, a-t-il indiqué ce mardi. « L’appel d’offres a été lancé après le succès de cette expérience », a expliqué à l’AFP la chancellerie, confirmant une information du Monde.

Quatre numéros autorisés par détenu

« Cela favorise la réinsertion, en maintenant les liens familiaux », a expliqué la chancellerie. L’objectif est également « de diminuer les trafics de téléphone portable ». Une expérimentation de téléphones fixes était menée depuis juillet 2016 dans la prison de Montmédy, dans la Meuse.

>> A lire aussi : Grâce à la pratique sportive, les détenus «s'évadent» de la prison de Nice

L’objectif est d’avoir « un téléphone par cellule », en dehors des quartiers disciplinaires. Plus de 50.000 cellules de 178 établissements pénitentiaires seront concernées, selon le quotidien. Les détenus auront accès à quatre numéros.

« Il y a toujours eu des cabines téléphoniques dans les prisons, mais les personnels doivent accompagner les détenus, ce qui demande du temps et de la disponibilité. C’est donc compliqué », a mis en avant la chancellerie.

Les premiers établissements équipés avant la fin de l’année

En août, la garde des Sceaux Nicole Belloubet avait déjà dit être favorable à une « extension » des téléphones fixes, telle qu’expérimentée dans la prison de Montmédy.

La lutte contre les téléphones portables va se poursuivre. Au premier semestre 2017, 19.339 téléphones portables et accessoires ont été découverts dans les prisons françaises, qui comptaient au 1er juillet quelque 70.000 personnes, condamnées ou en attente de leur procès.

>> A lire aussi : Les surveillants de prison ne sont plus de simples «porte-clés»

Selon Le Monde, les entreprises intéressées par l’appel d’offres doivent déposer un dossier à l’administration pénitentiaire dans les prochains jours. Le contrat devrait être signé en avril ou en mai, et les premiers établissements pourraient être équipés avant la fin de l’année. L’entreprise financera l’intégralité de l’investissement et elle se rémunérera par le prix des communications payées par les détenus.