Le Touquet: Quand les CRS qui surveillent la maison des Macron réclament une guérite

CONDITIONS DIFFICILES Les résidences présidentielles de la Lanterne et du Cap Nègre notamment sont pourvues de ces abris...

L.Gam.

— 

Emmanuel Macron sort de sa maison du Touquet.

Emmanuel Macron sort de sa maison du Touquet. — Philippe HUGUEN / AFP

Pour lutter contre « les conditions climatiques difficiles du Pas-de-Calais », le syndicat de police Unsa demande une guérite pour les CRS chargés de la surveillance de la résidence du couple présidentiel au Touquet (Pas-de-Calais).

Emmanuel et Brigitte Macron possèdent en effet la Villa Monejean dans cette cité balnéaire huppée du nord de l’Hexagone, une résidence surveillée 24 heures sur 24 depuis l’élection du chef de l’Etat en mai.

>> A lire aussi : Le Touquet s'adapte à Emmanuel Macron, son nouveau «Président-résident» de la République

Or le syndicat Unsa-police dénonce dans un communiqué des conditions de travail loin d’être satisfaisantes pour les fonctionnaires en faction. « Nous connaissons tous les conditions climatiques difficiles du Pas-de-Calais, mais la hiérarchie de la CRS 41 n’est pas encline à prendre en compte cette donnée géographique et saisonnière ».

« Regarder ce qu’il est possible de faire »

Cette initiative est née il y a quelques jours suite à un épisode de pluie diluvienne dans la cité touquettoise. Un des CRS chargé de surveiller la demeure du président n’a pas eu d’autre choix que d’aller s’abriter dans le camion garé à proximité et d’abandonner son poste. « Sa hiérarchie n’a pas apprécié cette initiative, pourtant légitime, et lui a demandé d’établir un compte rendu justificatif pouvant aboutir à une sanction », explique le communiqué de l’Unsa.

>> A lire aussi : Une pomme et des biscuits: Le maigre repas des policiers protégeant Macron fait scandale

« À la Lanterne, au cap Nègre, il y a des guérites, pourquoi pas au Touquet », argumente dans les colonnes de La Voix du Nord, Denis Hurth, délégué zonal CRS UNSA-police. Qui déplore également que les équipes se relayant sur place n’aient pas accès à des WC…

>> A lire aussi : Le Touquet: Priés de rengainer leur fusil près de la villa présidentielle, les CRS grognent

Aussi interrogée par La Voix du Nord, la maire du Touquet, Lyliane Lussignol, paraît ouverte à la conversation. « Je suis sensible aux conditions des policiers mais il faut regarder ce qu’il est possible de faire ». Elle a d’ores et déjà mis en place une rallonge électrique pour que les CRS en faction puissent chauffer l’habitacle de leur véhicule sans mettre le moteur.