Nouvel An: Coup de filet anti-pétards à la frontière franco-allemande

CONTREBANDE L’objectif est de lutter contre l’importation d’explosifs très populaires en Allemagne mais interdits en France…

N.Sa avec AFP

— 

Illustration de pétards pour le Nouvel An.

Illustration de pétards pour le Nouvel An. — DROESE/SIPA

Adieu fusées et autres pétards : les forces de l’ordre ont saisi samedi 93 kilos de feux d’artifice à la frontière franco-allemande entre Strasbourg et Kehl, dans le cadre d’une opération de prévention, a constaté un journaliste de l’AFP.

>> A lire aussi : Fêtes du Nouvel an: Un mort aux Pays-Bas à cause des feux d'artifice

L’objectif était de lutter contre l’importation en provenance d’Allemagne de ces explosifs interdits en France - très populaires dans les régions frontalières -, dont l’utilisation cause chaque année des dizaines d’accidents graves le soir du Nouvel An.
« En 2016, dans le Bas-Rhin, 42 personnes ont été blessées à la suite de l’utilisation d’un pétard », a souligné Juliette Trignat, directrice de cabinet du préfet du Bas-Rhin. « Près de la moitié avait moins de 16 ans », a-t-elle dit.

Lors de la Saint-Sylvestre, les accidents sont fréquents. En 2012 et en 2013, trois personnes sont mortes en Alsace en manipulant des engins pyrotechniques lors des fêtes du Nouvel An. Depuis 2007, un arrêté préfectoral dans les deux départements d’Alsace interdit le transport de pétards depuis l’Allemagne voisine et leur vente aux moins de 12 ans.

Les pétards et feux d’artifice sont disponibles en grande quantité en Allemagne

Samedi après-midi, à proximité de la cité du Port-du-Rhin à Strasbourg, une dizaine de policiers ont contrôlé automobilistes et voyageurs de la ligne de tram reliant la capitale alsacienne à Kehl. Surpris lors du contrôle, Nils Trede, un Allemand vivant à Strasbourg, s’étonnait : « Je ne sais pas où en trouver en France. En Allemagne, ça se vend un peu partout ! ». Ses cinq fusées multicolores de gros calibre, achetées à Kehl, sont restées à la frontière.

Moins chers, les pétards et feux d'artifice en Allemagne - où la législation est moins contraignante - y sont disponibles en grandes quantités. Le nombre d’accidents graves - mains ou doigts arrachés, amputations… - liés chaque année à l’usage de pétards et feux d’artifice lors de la Saint-Sylvestre a conduit à un durcissement de la réglementation côté français. Les « mortiers », désormais classés en catégorie F4, les plus dangereux et facilement disponibles dans les magasins spécialisés en Allemagne, sont particulièrement recherchés. D’où l’attrait des frontaliers qui s’y précipitent en nombre avant les fêtes de fin d’année.

Les jeunes sont le plus souvent les victimes des accidents et la prévention est de mise. Outre les contrôles à la frontière, une campagne d’affichage a été mise en place et près de 10.000 collégiens du Bas-Rhin ont été sensibilisés cette année aux risques de l’utilisation des pétards. « Les conseils de précaution ne sont pas ringards. Ils permettent de garder ses deux yeux et ses deux mains toute sa vie », a déclaré Jean-François Illy, directeur départemental de la sécurité publique du Bas-Rhin.