Deux jeunes qui projetaient des attentats en France arrêtés à Lyon et à Paris

TERRORISME Les deux suspects, sans liens avérés, ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle »...

M.P.

— 

Des policiers de la DGSI lors d'une opération à Wattignies, dans le nord de la France, le 5 juillet 2017.

Des policiers de la DGSI lors d'une opération à Wattignies, dans le nord de la France, le 5 juillet 2017. — DENIS CHARLET / AFP

Deux partisans de Daesh ont été arrêtés la semaine dernière à Lyon et Paris par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Selon une source judiciaire citée par l'AFP et qui a confirmé une information du  Figaro, le jeune homme et la jeune femme, respectivement âgés de 21 et 19 ans, projetaient de commettre des attentats sur le sol français en visant notamment des personnes en uniforme.

>> A lire aussi : VIDEO. Boîte de nuit gay à Paris, métro à Lille, base militaire… Douze attentats ont été déjoués en 2017

« Actifs sur les réseaux sociaux et en contact avec des membres de Daesh dans la zone syro-irakienne », dixit le quotidien, les deux islamistes radicaux « déterminés » projetaient de passer à l’action chacun de leur côté. Ni armes, ni explosifs n'ont été découverts au cours des perquisitions, a précisé la source proche du dossier.

Elle a approuvé les attentats de 2015 durant sa garde à vue

Toujours selon Le Figaro, ils avaient tous les deux réalisé des repérages. L’homme interpellé le 22 décembre à Lyon projetait de commettre une attaque à l’aide d’une arme à feu ou d’arme blanche contre des militaires. Interpellée le 18 décembre en région parisienne, la jeune femme a quant à elle approuvé les attentats de 2015 durant sa garde à vue, reconnu « un projet d’action violente » et avoué être à la recherche d’armes à feu depuis le mois d’octobre.

>> A lire aussi : Prolongation de l’état d’urgence : Quel est le niveau de risque terroriste en France ?

Les deux suspects, sans liens avérés, ont été mis en examen et écroués pour les mêmes chefs d’accusations à savoir, « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle »