Décès de Maudy Piot, militante pour la cause des femmes handicapées

DISPARITION Psychanalyste mal-voyante, elle a créé en 2003 l'association FDFA afin de lutter contre la «double discrimination» qui consistait, selon elle, à «être femme et être handicapée»...

20 Minutes avec AFP

— 

Maudy Piot,  engagée auprès des femmes handicapées, est décédée le 25 décembre 2017.

Maudy Piot, engagée auprès des femmes handicapées, est décédée le 25 décembre 2017. — Capture d'écran Youtube/ KAATZcie

La présidente et fondatrice de l'association «Femmes pour le dire, femmes pour agir» (FDFA), Maudy Piot, engagée auprès des femmes handicapées, est décédée lundi, a annoncé le Haut conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCE).

Maudy Piot «nous a quitté ce jour. Elle nous laisse en héritage sa détermination sans faille à rendre visibles et reconnaître les violences spécifiques dont sont victimes les femmes handicapées», a indiqué sur Twitter le HCE, instance placée auprès du Premier ministre, dont elle était membre depuis 2015.

Lutter contre la «double discrimination»

Psychanalyste mal-voyante, elle a créé en 2003 l'association FDFA afin de lutter contre la «double discrimination» qui consistait, selon elle, à «être femme et être handicapée».

>> A lire aussi l'interview de Maudy Piot: «En France, 80 % des femmes handicapées sont victimes de violences»

Sur Twitter, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a fait part de sa «grande tristesse». «Chaque personne qui a eu la chance de croiser son chemin sait à quel point elle militait avec gentillesse et humour pour défendre les femmes/citoyennes en situation de handicap», a-t-elle écrit.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a également rendu hommage sur le réseau social à «une véritable amie» qui «toute sa vie (...) a fait avancer les droits des femmes, notamment celles en situation de handicap».

Le généticien Axel Kahn a de son côté salué le parcours d'une «admirable militante de la cause des femmes handicapées qui endurent souvent la double peine».