Marseille: Une mosquée salafiste fermée sur ordre de la préfecture de police

DJIHADISME Les prêches tenues dans cette mosquée seraient «contraires aux principes républicains»...

Mathilde Ceilles

— 

Un musulman prie dans une mosquée  de Brest, le 20 novembre 2015

Un musulman prie dans une mosquée de Brest, le 20 novembre 2015 — FRED TANNEAU AFP

  • Un arrêté ordonne la fermeture d'une mosquée à Marseille
  • L'imam y tiendrait des discours qui « légitiment le djihad armé »

Dans un arrêté que 20 Minutes a pu consulter, le préfect de police des Bouches-du-Rhône Olivier de Mazières ordonne la fermeture provisoire de la mosquée salafiste As Sounna, située à boulevard National à Marseille, au motif notamment que « les prêches qui sont tenus au sein de la mosquée […] légitiment le djihad armé ».

>> A lire aussi : Deux salles de prière musulmanes fermées à Sartrouville et à Fontenay-aux-Roses

Dans son arrêté, le préfet de police explique notamment avoir reçu l’imam de la mosquée, également président de l’association gérant cette structure, le 6 décembre dernier, qu’il présente dans cet arrêté comme s’inscrivant « dans la mouvance islamiste radicale, en devenant une référence du salafisme ».

Appel à la « destruction des mécréants »

Certains discours « appellent à la défaite et à la destruction des mécréants «, «incitent à l’application de la loi du Talion à l’encontre de ceux qui combattent Dieu et son prophète et à l’égard desquels la sentence de Dieu est la mort ou la crucifixion » ou « présentent les Juifs comme des "impurs", "les frères des singes et des porcs" et incitent à prononcer la formule "Allah akbar" dans les lieux publics pour "effrayer les mécréants" », poursuit-il notamment.

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: Création d'un nouveau dispositif local pour prévenir la radicalisation

Le préfet de police affirme que cet imam avait « pour ambition de faire de la mosquée As Sounna le plus grand lieu de culte musulman de Marseille en effectuant des acquisitions immobilières, facilitées financièrement par une association salafiste niçoise. » Il précise enfin que « la teneur de ces prêches, depuis plusieurs années, a conduit plusieurs fidèles de la mosquée à rejoindre la zone irako-syrienne ».