Lyon: Ils fourmillent d’idées pour simplifier votre stationnement en ville

STATIONNEMENT Augmentation des amendes, pénurie de places… Les problématiques liées au stationnement inspirent les jeunes créateurs d’entreprises…

Elisa Frisullo

— 

Illustration du stationnement en ville

Illustration du stationnement en ville — BEBERT BRUNO/SIPA

  • Les difficultés de stationnement en ville ont inspiré plusieurs jeunes entrepreneurs de la région ces derniers mois.
  • 20 Minutes a choisi trois concepts lancés ou en cours de création qui ambitionnent de simplifier la vie des automobilistes.

Si pour vous, se garer en ville est devenu un enfer quotidien, pour eux, ces galères sont presque une bénédiction. A Lyon, plusieurs jeunes créateurs d’entreprises ont décidé de profiter des différentes problématiques liées au stationnement pour faire émerger de nouveaux concepts. Parmi les projets nés dans la région ou en cours de création, 20 Minutes a sélectionné trois start-up qui ambitionnent de simplifier la vie des particuliers.

Find-Park. Cette plateforme de stationnement entre particuliers, accessible depuis l’été via une application smartphone, a été imaginée par un couple du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Le concept ? « Il s’agit de mettre en relation les personnes qui disposent de places privées inoccupées [garage, place de parking, cour intérieure] avec des automobilistes qui cherchent à se garer », indique Agnès Hilaire, directrice générale de la société. L’inscription est gratuite, mais l’entreprise, qui vise Lyon et les grandes métropoles pour se développer, ponctionne un pourcentage sur le prix de location, fixé librement par l’hôte, à la journée, à la demi-journée ou pour quelques jours. « Les profils des hôtes sont variables. Il s’agit à la fois des gens qui veulent louer pendant qu’ils sont au travail ou en week-end ou de personnes, propriétaires de plusieurs biens, qui disposent de garages inoccupés », précise la chef d’entreprise de 36 ans. Le prix moyen, pensé pour être plus attractif que le coût du stationnement en voirie ou dans les parcs publics, tourne autour de 5 euros la demi-journée et 10 euros la journée. Pour l’heure, l’hôte doit rencontrer le locataire lorsque l’accès au parking est sécurisé. Mais la start-up travaille actuellement sur une technologie qui devrait permettre de gérer l’accès aux places à distance.

>> A lire aussi : Un nouveau service d'autopartage bien plus flexible débarque en Lyon

ParkMatch. Ce concept de location automatique de stationnement entre particuliers, développé par Romain Fournier et Clément Favier, deux Lyonnais de 27 ans, devrait être testé dans le courant du mois de décembre et lancé en février. « La voirie est totalement saturée et se garer coûte cher aux utilisateurs. Cela devrait encore se compliquer avec l’augmentation  des amendes prévue dès janvier », explique Romain Fournier. Pour se démarquer, ces deux entrepreneurs ont décidé de ne cibler que les places de stationnement sécurisées, louables à la carte (à l’heure, journée, demi-journée…). « Nous sommes les seuls à avoir mis au point une télécommande connectée, brevetée, qui évitera à la personne qui propose une place et à celle qui loue d’avoir à se rencontrer. Tout se fera à distance grâce à un signal numérisé qui sera transmis au loueur et à l’utilisateur », ajoute le jeune homme, qui après Lyon, prévoit d’étendre le concept à Paris et autres grandes villes de province dès 2018.

>> A lire aussi : L'association 40 millions d’automobilistes prévoit une flambée des prix de PV de stationnement

TwoOnPark Lyon. Cette application participative de co-stationnement a été lancée à Lyon fin 2016 et compte aujourd’hui plusieurs centaines d’utilisateurs. Le concept, imaginé par Albane Sauvage et Philippe Morel, permet aux utilisateurs de l’appli de s’échanger leur place de stationnement en voirie. Celui qui quitte son emplacement perçoit 25 centimes en libérant sa place. Celui qui arrive doit s’acquitter de 50 centimes. Pour éviter une mauvaise surprise à l’arrivée sur la zone libérée, celui qui part s’engage à attendre sept minutes. Seuls les usagers ayant le même gabarit de voiture sont mis en relation. Impossible donc qu’un automobiliste au volant d’une grosse berline arrive sur une place jusqu’alors occupée par une petite citadine.