• Emmanuel et Sandrine, frère et sœur abandonnés à la naissance vers Grenoble, se sont retrouvés en juin.
  • Ils ont aussi retrouvé leur mère biologique, Eliane,installée dans la région lyonnaise, et huit autres frères et sœurs.
  • D’autres enfants ont semble-t-il été abandonnés par leurs parents biologiques aux alentours de Grenoble et de Lyon, où a vécu le couple.

« C’est une histoire de fou. Mais quand on se balade tous ensemble, on est super fiers ». En grandissant avec ses parents adoptifs à Vézeronce, à deux pas de Bougoin-Jallieu (Isère), Sandrine, fille unique, n’aurait jamais pu imaginer faire un jour partie d’une immense fratrie. Cette femme de 39 ans, née sous X, a retrouvé en juin dernier son frère Emmanuel, de deux ans son aîné, également abandonné à la naissance par leur mère biologique à Grenoble en 1976.

« Nous avons grandi à 15 kilomètres l’un de l’autre, nous avons fréquenté les mêmes lieux », s’étonne encore Sandrine. « Quand elle m’a dit qu’elle habitait tout près, j’ai prié le ciel de ne pas être sorti avec elle par le passé. J’étais un gros bringueur », s’amuse son frère, plein de gouaille, qui en retrouvant sa sœur, n’était pas au bout de ses surprises. « Nous avons huit autres frères et sœurs et sans doute bien d’autres encore », confie à 20 Minutes Sandrine qui, depuis 2008, tente de recomposer le puzzle familial et le récit à rebondissements de sa mère biologique et de son père, décédé il y a deux ans.

 

Dans son dossier, Emmanuel, né sous X en 1976 à la Tronche près de Grenoble, a découvert que sa mère s'appelait Eliane et était né en 1954. Peu d'éléments qui lui ont pourtant permis de retrouver sa fratrie et sa mère biologique.
Dans son dossier, Emmanuel, né sous X en 1976 à la Tronche près de Grenoble, a découvert que sa mère s'appelait Eliane et était né en 1954. Peu d'éléments qui lui ont pourtant permis de retrouver sa fratrie et sa mère biologique. - Emmanuel

Des années de recherches

«A 18 ans, lorsque j’ai consulté mon dossier au Conseil national pour l’accès aux origines personnelles (Cnaop), j’ai découvert que j’avais un frère né sous X et que ma mère s’appelait Eliane et était née en 1954 », se souvient Sandrine. Pendant dix ans, la jeune femme multiplie les démarches pour retrouver son aîné, Emmanuel, et ses parents biologiques. Elle laisse des messages et dépose des annonces sur des forums consacrés aux nés sous X.

Aucun signe, aucune réponse, jusqu'en 2008, lorsqu'un homme la contacte. Il ne s’agit pas d’Emmanuel, mais d’un autre de ses frères élevé par ses parents biologiques. « Lorsque j’ai découvert que j’avais une aussi grande fratrie, je ne savais plus où j’étais. Je les ai rencontrés et ils m’ont tous très bien accueillie. Mais je savais que nous avions encore un autre frère à retrouver », ajoute la jeune femme.

Un immense puzzle à recomposer

Presque dix ans s'écoulent encore avant qu’Emmanuel ne cherche à son tour à connaître la vérité sur ses origines. « J’avais consulté mon dossier en 2008. J’avais découvert que j’avais trois frères et que mes parents biologiques étaient un couple marié. Je me suis dit qu’ils n'avaient pas eu les moyens de m’élever et avaient préféré me donner une chance d’être heureux dans une autre famille. A l’époque, ça m'allait, j'étais pas prêt à aller plus loin. » Puis, en juin dernier, Emmanuel décide, sur un coup de tête, de traîner un peu sur les réseaux sociaux et les forums. Il laisse un message sur l’un d’eux, avec le peu d’éléments qu’il connaît sur ses parents biologiques.

« Trois minutes après, l’administratrice de l’un des sites me répondait, explique-t-il. Le soir même, je savais que j’avais neuf autres frères et sœurs, dont Sandrine, née sous X et habitant à deux pas de chez-moi. Je ne tenais plus en place. Maintenant que j’avais poussé la porte, je voulais la voir, tout savoir. » Trois jours après, ils se rencontraient pour la première fois et « Manu » découvrait à son tour le reste de sa fratrie une semaine plus tard, à l’occasion d’une fête familiale.

« On a chacun notre famille, celle qui nous a élevés, aimé. Mais on a découvert une fratrie, c’est génial. On s'entend bien, on se respecte tous. Avec Sandrine, on s'appelle deux fois par jour. Maintenant, j’ai besoin de connaître toute mon histoire, tout le monde », ajoute Emmanuel. Par « tout le monde », ce quadragénaire, père de famille, entend tous les autres enfants qui pourraient avoir été abandonnés par leurs parents biologiques dans les années 70, 80 et 90 dans la région lyonnaise et autour de Grenoble.

>> A lire aussi : Bretagne : Né sous X, Baptiste recherche sa mère biologique

D'autres enfants abandonnés par le couple dans le Rhône et en Isère

Cette conviction, Sandrine et Emmanuel l'ont acquise auprès d'Eliane, leur génitrice de 62 ans, qu'ils ont vu à plusieurs reprises et qui leur a confié ces derniers mois quelques-uns de ses secrets bien enfouis. « Elle nous a dit qu’elle avait eu un enfant chaque année. Sachant qu’elle a eu notre frère aîné en 1971 et la petite dernière en 1989, nous sommes persuadés qu’elle a pu avoir une dizaine d’autres enfants, abandonnés à la naissance », ajoute Emmanuel.

Leurs recherches, menées par Sandrine, devenue bien malgré elle experte en généalogie, se concentrent aux alentours de Grenoble mais aussi de Lyon, où Eliane vit depuis des années et où elle aurait accouché en 1983 et 1985 de deux garçons, nés à l’Hôtel-Dieu. « Elle aurait également eu des jumelles en 1973 ou 1974. A ce moment-là, la famille vivait à Grenoble. Notre mère biologique parle aussi d’une autre fille, baptisée Florence à sa naissance, en 1975 dans la région grenobloise, et d’un autre bébé né en 1987 sans doute dans la région lyonnaise », ajoutent Sandrine et Emmanuel, qui ont créé un site web pour leurs recherches.

« Quand on connaîtra enfin toute l’histoire, on pourra en faire un film », ajoute Emmanuel, avec autodérision. « Il vaut mieux en rire de tout ça. Et puis, je ne lui en veux pas. J’ai de la peine pour cette femme, elle a eu une sale vie, elle n’a pas eu de chance. Nous voulons la préserver aujourd'hui », ajoute-t-il, soucieux que les frères et soeurs qu'il recherche, puissent, comme lui, savoir d’où ils viennent.

>> A lire aussi : Bordeaux: Né sous X, il lance un appel sur Facebook pour retrouver sa mère

« S’ils ne veulent pas rentrer dans notre vie, ce n’est pas grave. Mais j’ai besoin de savoir combien nous sommes d’enfants, s’ils vont bien et leur donner leurs antécédents médicaux », ajoute Sandrine, espérant que cette énième bouteille à la mer permettra enfin d’écrire l'épilogue de cet incroyable récit.