Tester le revenu de base pour éventuellement le généraliser, c’est le souhait de huit présidents de départements socialistes qui veulent porter un « projet d’expérimentation au Parlement » et le défendent dans une tribune publiée dimanche dans le Journal du Dimanche.

« Le revenu de base renouvelle une ambition universelle, celle qui a fondé la création du Revenu Minimum d’Insertion (RMI) en 1988 : garantir un revenu socle pour tous », estiment les huit signataires PS de la tribune : Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, André Viola (Aude), Henri Nayrou (Ariège), Philippe Martin (Gers), Mathieu Klein (Meurthe-et-Moselle), Georges Méric (Haute-Garonne), Jean-Luc Chenut (Ille-et-Vilaine), Stéphane Troussel (Seine-Saint-Denis).

>> A lire aussi : Expérimentation d'un revenu de base en Gironde: Deux scénarios tiennent la corde

S’appuyant sur leur implantation locale, ils demandent à expérimenter ce concept qui divise et resurgit régulièrement dans le débat. « Nous voulons passer de l’étude en laboratoire au test in vivo en portant un projet d’expérimentation au Parlement », ajoutent les élus, rappelant « l’intention » d’Emmanuel Macron de « réformer la Constitution pour assouplir le droit à l’expérimentation », exprimée devant le congrès des maires.

Le revenu de base n’est pas le « fossoyeur de la valeur travail »

Les présidents de département visent ainsi l’élaboration d'« un modèle robuste, crédible scientifiquement, audacieux socialement et soutenable financièrement grâce à des micro-simulations » partant des « réalités sociales ». L’expérimentation de terrain permettra d’évaluer le revenu de base « pour l’ajuster, avant peut-être de le généraliser », font-ils valoir sans en préciser les contours exacts.

>> A lire aussi : L’Insee dresse le portrait du Français «moyen»

Le revenu de base n’est pas le « fossoyeur de la valeur travail » mais représente au contraire « pour celles et ceux qui passent à travers les mailles du filet de toutes les politiques publiques une opportunité de reprendre le chemin de l’emploi », assurent-ils.

Soulignant les « limites » du Revenu de solidarité active (RSA) et la « complexité » des « minimas sociaux », source de non-recours, ils rappellent que la pauvreté « frappe près de 9 millions de personnes en France ».

Le revenu universel, proposition phare de Benoît Hamon

L’année dernière, une mission d’information du Sénat avait proposé d’expérimenter rapidement « dans des territoires volontaires » différentes modalités d’un revenu de base. Ce revenu universel, qui fait l’objet expérimentations à petite échelle ou de projets dans plusieurs pays, notamment la Finlande, était la proposition phare du candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon.

>> A lire aussi : Un Français sera tiré au sort et recevra 1.000 euros par mois pendant un an

Début novembre, le porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou a annoncé le lancement d’une opération de crowdfunding pour expérimenter ce revenu grâce à un tirage au sort permettant au gagnant d’en bénéficier pendant un an.