Des militants du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire se sont rassemblés ce samedi en fin d’après-midi devant le Bataclan, dans le XI arrondissement de Paris, afin de manifester « pour la défense de l’Europe face aux islamistes ». Toute manifestation avait pourtant été interdite dans l’après-midi par le tribunal administratif de Paris, qui avait rejeté la requête déposée plus tôt par Génération identitaire à la suite d’une première interdiction par la justice.

>> A lire aussi : Un groupuscule d'extrême droite manifeste sans autorisation à Calais, 14 interpellations

Quinze personnes ont de fait été placées en garde à vue dans la soirée pour «port d'arme prohibé», selon la préfecture de police qui a également procédé à une trentaine de vérifications d'identité.

« Eviter des affrontements violents et des troubles à l’ordre public »

Le préfet de police Michel Delpuech avait effectivement décidé vendredi d’interdire la manifestation du mouvement d’extrême droite et les contre-rassemblements « afin d’éviter des affrontements violents et des troubles à l’ordre public qui peuvent en résulter ».

Dans son arrêté, le préfet de police a également justifié son interdiction par le fait que la manifestation était « susceptible de rassembler des groupements violents appartenant à la mouvance de l’ultra-droite provenant aussi bien de la région parisienne, que de la province, ainsi que d’Allemagne, d’Autriche, d’Italie et du Royaume-Uni ».

Génération Identitaire dénonce « un acharnement judiciaire » à son encontre

Sur Twitter, Génération Identitaire a dit « prendre acte » de cette décision tout en dénonçant « un acharnement judiciaire » à son encontre. « La justice si douée pour protéger les délinquants et les clandestins refuse à la jeunesse européenne la possibilité de défiler chez elle, dans ses rues, contre l’islamisme », a ajouté le groupuscule.

Et de conclure : « La répression et l’acharnement judiciaire ne nous ont jamais fait plier, au contraire nous en sommes toujours sortis plus forts. Vous pouvez nous faire confiance, Génération Identitaire, fidèle à son ADN sera très bientôt de retour dans la rue. »

Pour preuve, des membres du mouvement ont bravé le veto de la préfecture et défilé dans les rues de Paris. Le petit rassemblement a été rapidement contrôlé par les policiers, selon France info et les tweets relayés par un journaliste présent devant le Bataclan. La poignée de militants a toutefois eu le temps de déployer une banderole et de tirer quelques fumigènes.

Plus tôt dans la journée, selon Le Parisien, CRS et gendarmes mobiles « étaient présents en force Boulevard de Grenelle » (XVe), lieu choisi pour la manifestation initiale. Vers 15h30, une cinquantaine de personnes qui « entendaient braver l’interdiction préfectorale » ont été regroupées et repoussées vers le métro par les forces de l’ordre qui leur ont demandé de quitter les lieux.