Violences faites aux femmes: En 2016, les plaintes déposées contre un conjoint ont augmenté de 3%

POLITIQUE A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Emmanuel Macron va prononcer, ce samedi, un discours depuis l’Elysée. Le chef de l’Etat doit exposer les mesures que son gouvernement va mettre en place…

Floréal Hernandez

— 

Une manifestation contre les violences faites aux femmes, Place de la République le 29/10/2017. Credit:CHAMUSSY/SIPA.

Une manifestation contre les violences faites aux femmes, Place de la République le 29/10/2017. Credit:CHAMUSSY/SIPA. — SIPA

L’ESSENTIEL

  • A 11h35, Emmanuel Macron va prendre la parole à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Un discours qui va être scruté par les associations alors que sa campagne présidentielle avait notamment été axée sur la parité.
  • Le chef de l’Etat doit dévoiler son plan quinquennal pour l’égalité entre les femmes et les hommes et les moyens attribués.
  • Avant son discours, des membres du gouvernement et des personnalités publiques – l’humoriste Florence Foresti, l’urgentiste Patrick Pelloux… – interviendront.
  • Emmanuel Macron a très peu réagi sur l’affaire Weinstein ou l’apparition des hashtags #BalanceTonPorc et #MeToo et des témoignages qui en ont découlé.

 

A LIRE AUSSI

>> Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, Macron attendu au tournant par les associations

>> Les plaintes pour violences conjugales ont fortement augmenté en 2016

>> «Les adolescentes sont deux fois plus concernées par le cyberharcèlement»

 

Ce live est désormais terminé. Merci de nous avoir suivis. 

12h57: Fin du discours du président de la République

>> A lire aussi: Que faut-il retenir des annonces d'Emmanuel Macron?

 

12h55 : Le délai de prescription pour les victimes mineures de crimes sexuels allongé

Le délai de prescription pour les victimes mineures de crimes sexuels va être allongé et passer à 30 ans, contre 20 ans actuellement a annoncé le chef de l’Etat.

Cet allongement du délai de prescription était préconisé dans le rapport de la mission menée par l’animatrice Flavie Flament​ et l’ancien magistrat Jacques Calmettes.

 

12h45 : Macron veut l’âge de consentement minimum à un acte sexuel fixé à 15 ans

Fin septembre, le parquet de Pontoise a poursuivi pour « atteinte sexuelle » un homme de 28 ans qui a eu des relations sexuelles avec une mineure de 11 ans. Depuis l’âge minimum de consentement à un acte sexuel est un débat de société. Emmanuel Macron a plaidé ce samedi « pour un âge de consentement minimum à un acte sexuel fixé à 15 ans ».

>> A lire aussi: A quel âge est-on en mesure de dire «non»?

 

12h40 : Plus de pouvoirs pour le CSA

Emmanuel Macron souhaite « étendre les pouvoirs du CSA » en 2018 pour qu’il régule aussi les vidéos sur Internet ou encore les jeux vidéo pour lutter contre « les contenus qui peuvent fragiliser ou conduire à la violence contre les femmes ».

Évoquant notamment la pornographie sur Internet, accessible aux enfants, il a dit qu'« en 2018, nous devons repenser le cadre de notre régulation des contenus, en particulier les contenus audiovisuels en prenant en compte l’évolution du numérique et afin d’étendre les pouvoirs de régulation du Conseil supérieur de l’audiovisuel » pour ce « contrôle indispensable sur tous les contenus qui peuvent conduire à la violence contre les femmes ». Il a aussi annoncé pour 2018 des « modifications législatives » pour « poursuivre ceux qui agissent sur internet pour harceler ».

12h35 : « Notre société entière est malade du sexisme »

« C’est notre société entière qui est malade du sexisme », a déclaré le président de la République, détaillant ses « trois priorités » pour les cinq prochaines années : « l’éducation et le combat culturel en faveur de l’égalité », un « meilleur accompagnement des victimes » et un « renforcement de l’arsenal répressif ».

Un délit d’outrage sexiste va être créé avec une amende dissuasive. Ce délit sera une des priorités de la future police du proximité, a-t-il ajouté, déclarant que «les femmes ne peuvent pas en République avoir peur de sortir» et que «la rue ne peut pas être leur enfer quotidien».

 

12h20: L'égalité entre les femmes et les hommes la «grande cause du quinquennat»

Le président de la République a déclaré l'égalité entre les femmes et les hommes la «grande cause du quinquennat».

12h10 : « Le budget alloué à la lutte contre les violences faites aux femmes sanctuarisé »

Le président de la République vient d’annoncer que le budget interministériel pour l’Egalité entre les femmes et les hommes allait être augmenté et passer à 420 millions d’euros dès 2018. Il rappelle que « le budget alloué à la lutte contre les violences faites aux femmes a augmenté de 13 %. Il sera sanctuarisé sur la durée du quinquennat. »

12h05: Une minute de silence pour les femmes tuées par leurs conjoints ou ex

A l'Elysée, Emmanuel Macron fait observer une minute de silence pour les 123 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016. Il cite le nom de certaines d'entre-elles: «Sophie, Anna, Emilie, Fatima...»

11h55 : Plus de protection pour les très jeunes femmes

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, un sondage Opinion Way pour 20 Minutes publié ce vendredi montre que la majorité des 18-30 ans se déclare favorable à un renforcement de la protection des très jeunes femmes.

>> A lire aussi: Les jeunes plaident pour davantage de protection

 

11h50: «Un sentiment de honte et d'horreur», début de l'intervention d'Emmanuel Macron

Le président de la République parle «d'un sentiment de honte et d'horreur» à propos des violences faites aux femmes. Emmanuel Macron doit détailler son « plan de prévention et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles » d’une durée de cinq ans.

11h15: Les adolescentes plus visées par le cyberharcèlement

10 % des collégiens et lycéens tous sexes confondus sont concernés par le cyberharcèlement. Mais ce ratio monte à 18 à 20 % chez les filles contre 9 à 10 % pour les garçons.

>> A lire l'interview de Jérôme Dinet, professeur de psychologie et directeur du Laboratoire de psychologie et neurosciences

 

11h: Le supplique de Nagui au gouvernement

Dans son discours, le chef de l'Etat devrait aborder le projet de loi sur la mise en place d’un âge de présomption de non-consentement à une relation sexuelle entre un mineur et un majeur. L'animateur télé Nagui est choqué que l'âge limite soit fixé à 13 ans, c'est trop jeune pour lui.

>> A lire aussi: «Souvenez-vous de l'enfant que vous étiez», lance Nagui au gouvernement

 

10h40: #SoyezAuRDV

Vendredi, une manifestation à l'appel de plusieurs militantes féministes a rappelé que «toutes les 55 secondes, une femme est victime de violences sexuelles». Ces militantes ont interpellé Emmanuel Macron le hashtag #SoyezAuRDV à la veille de la Journée mondiale des violences faites aux femmes.

>> A lire aussi: «Emmanuel Macron a le pouvoir de faire en sorte que les violences sexuelles cessent»

 

10h20: Action d'un collectif féministe dans le métro à Paris

Le collectif féministe Insomnia a affiché dans le métro parisien, le 25 novembre 2017, des témoignages de femmes ayant tenté de porter plainte pour violences sexuelles et dénoncer le manque de prise en charge des victimes par la police.
Le collectif féministe Insomnia a affiché dans le métro parisien, le 25 novembre 2017, des témoignages de femmes ayant tenté de porter plainte pour violences sexuelles et dénoncer le manque de prise en charge des victimes par la police. - Collectif Insomnia

 

A l'aube, ce samedi, Insomnia a affiché dans le métro parisien des témoignages de femmes ayant tenté de porter plainte pour violences sexuelles. Le collectif féministe dénonce le manque de prise en charge des victimes de violences sexuelles et conjugales par la police.

>> A lire aussi: Comment les victimes de violences sexuelles sont prises en charge par les forces de l'ordre?

 

10h : Foresti, Pelloux, Ernotte avant Macron

Avant le discours du chef de l’Etat, de grands témoins engagés dans la lutte contre les violences et pour l’égalité entre les femmes et les hommes doivent prendre la parole. Parmi eux, Sabine Salmon, présidente de l'association Femmes solidaires, le médecin urgentiste Patrick Pelloux, l’humoriste Florence Foresti, le directeur de CDiscount Emmanuel Grenier et la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte.

Deux membres du gouvernement s’exprimeront également Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, et Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education.

 

9h50 : En 2016, les plaintes déposées contre un conjoint pour coups et blessures volontaires ont augmenté de 3 %

L’année dernière, 85.424 personnes ont déposé plainte contre leur conjoint ou leur conjointe pour coups et blessures volontaires. Un chiffre qui a augmenté de 3 % entre 2015 et 2016, indique une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) portant sur les violences au sein du couple et qui sera publiée ce samedi, lors de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.