• Depuis quatre jours, 13 classes de l’école Saint-Louis-le-Rove à Marseille ne sont pas chauffées.
  • Les enseignants ont refusé de faire cours ce jeudi.
  • La mairie a finalement résolu le problème en fin d’après-midi.
  • Un enseignant regrette qu’il faille toujours faire le buzz pour faire bouger les choses, concernant les écoles marseillaises.

Le grand écart. A Marseille, si l’été il n’est pas rare que la température de certaines classes d’école atteigne les 30°C, le thermomètre ne dépasse pas les 10°C depuis le début de la semaine à l’école Saint-Louis-le-Rove, dans le XVe arrondissement. « Avec l’arrivée du froid, ils sont venus rallumer le chauffage lundi, le jour de la rentrée. Le problème c’est qu’il ne marche pas », explique Pascal Pons, enseignant et syndiqué à la CGT Educ’Action 13.

Résultat, depuis lundi les élèves sont obligés de venir en salle de cours avec des manteaux et parfois même des moufles. Mais tous ne sont pas concernés. « Le deuxième étage de l’école est sans chauffage. Cela concerne en tout 13 classes, soit près de 300 élèves », précise l’enseignant.

>> A lire aussi : Harcèlement des bons élèves, «certains sont condamnés à changer d’établissement pour éviter leurs agresseurs»

« Tous les ans, c'est la même histoire »

La direction de l’école a réclamé l’installation de radiateur d’appoint en urgence pour remédier à cette situation, sans succès.

Nous ne les avions toujours pas ce [jeudi] matin, on a donc refusé de faire classe dans ces conditions. Il vaut mieux que les élèves soient dans la cour, à courir et à jouer pour se réchauffer, plutôt qu’assis sur des chaises dans le froid.

D’autres enfants sont tous simplement restés chez eux, gardés par leurs parents. Surtout il regrette que la mairie n’anticipe pas davantage ces problèmes. « Tous les ans c’est la même histoire, à chaque fois qu’il faut rallumer le chauffage, il y a des problèmes », se désole-t-il.

Pas de radiateurs d’appoint

Danièle Casanova, adjointe en charge de l’éducation à la mairie de Marseille reconnaît le dysfonctionnement. « On a dû rénover le deuxième étage de l’école à la suite des dédoublements de classe de CP, et la création d’une classe adaptée pour les enfants handicapées. Les radiateurs ont été démontés et visiblement il y a de l’air dans le réseau », se justifie l’élue.

Elle n’a pas souhaité faire installer des chauffages d’appoint. « Ça tire énormément sur le compteur électrique et on avait peur qu’il disjoncte. Dans ce cas toute l’école n’aurait plus eu de chauffage et les élèves auraient mangé dans le froid », explique-t-elle.

« Pour que ça bouge, il faut toujours créer le buzz »

La société Idex, en charge de l’entretien des chauffages des écoles de quatre arrondissements, dont celui de l’école Saint-Louis-le-Rove, confirme l’origine du problème : « Il s’agit d’un purgeur qui s’est cassé, on est en train de le remplacer et tout va rentrer dans l’ordre. »

En fin d’après-midi, la mairie a fait savoir à 20 Minutes que la situation était revenue à la normale, après l’intervention de cette société. Rien d’étonnant pour Pascal Pons :

Pour que ça bouge, il faut toujours créer le buzz. C’est pour ça que j’ai contacté la presse, à chaque fois c’est la même chose.

Il avait déjà fallu que la presse se fasse écho de la situation calamiteuse dans lesquelles se trouvaient les écoles marseillaises pour faire bouger la municipalité sur ce sujet. Danièle Casanova indique d’ailleurs que l’école Saint-Louis-le-Rove fait partie de celles qui seront détruites, pour être reconstruites à l’horizon 2025.