EXCLUSIF. Pourquoi les ventes de jeux de société vont battre un nouveau record à Noël

INFO «20 MINUTES» Cette année, à côté des classiques, plusieurs nouveautés vont s’arracher dans les rayons…

Delphine Bancaud

— 

Dans le magasin La grande récré de Saint-Lazare, le 04/12/2015 pendant les courses de Noël.

Dans le magasin La grande récré de Saint-Lazare, le 04/12/2015 pendant les courses de Noël. — D.Bancaud/20minutes

  • La France demeure le plus gros marché d’Europe pour les jeux de société.
  • Selon les chiffres de NPD Group dévoilés en exclusivité par 20 Minutes, ils vont dépasser la barre des 400 millions d’euros cette année.
  • Jeux d’aventure, transgressifs, stratégiques, il y en a pour tous les goûts.

Ils rassurent les parents car ils sortent leurs enfants du tout numérique. Et ils séduisent les enfants qui se réjouissent d’avance des parties endiablées qu’ils vont pouvoir organiser à plusieurs. CeNoël, encore plus que les autres, les jeux de société devraient faire un carton. « Leur dynamique est très forte car ils ont représenté 13,5 % des ventes du marché du jeu et jouet en 2016 et ont affiché une progression de 6 % en 2016 », explique Michel Moggio, directeur général de la Fédération française des industries du jouet.

Et selon les chiffres de la société d’études de marchés NPD Group dévoilés en exclusivité à 20 Minutes, les jeux de société vont passer pour la première fois la barre des 400 millions d’euros en France cette année, avec une croissance de 7 % des ventes entre janvier et octobre 2017. « La France demeure d’ailleurs le plus gros marché d’Europe pour les jeux de société », indique Frédérique Tutt, experte monde du marché du jouet chez NPD Group. Et cette année, les fabricants proposent encore des nouveautés qui risquent de très bien fonctionner dans les rayons. 20 Minutes vous dévoile quelques tendances.

Les jeux d’actions rigolos vont encore plaire

« Cette année encore il y a une vraie tendance autour des jeux transgressifs qui suscitent le rire, comme D’éliro toilettes (Hasbro) dans lequel il faut tourner un rouleau de papier toilette et appuyer sur la chasse d’eau… au risque d’être aspergé. Ou Médor pète fort (Goliath) dans lequel les participants doivent récupérer des jetons lorsque le chien fait des prouts », observe Yoann Marfa Anglada, acheteur à La Grande Récré.

Dans le même registre Pie Face (Hasbro), dans lequel les participants reçoivent des tartes à la crème sur le visage, devraient continuer à s’arracher dans les rayons. Ainsi que Tête de crotte (TF1 games) dans lequel il faut être le plus rapide à se défausser de ses cartes, sous peine d’écoper de crottes sur la tête. « Ce sont des jeux très viraux, car les participants postent sur YouTube les vidéos de leurs parties et donnent ainsi envie à d’autres personnes de les découvrir », observe Frédérique Tutt.

Les jeux d’aventure, toujours au rendez-vous

« Les jeux d’aventure qui font monter le suspens fonctionnent aussi très bien », note Michel Moggio. « Cette année, ce sont les escape games qui vont créer l’événement. Notamment avec Escape game (Dujardin) et Mission escape (Goliath) via lesquels les petits joueurs à partir de 6 ans doivent résoudre des énigmes. Pour les enfants dès 10 ans, Unlock (Asmodée) propose un jeu de carte coopératif inspiré aussi des escape rooms », indique Franck Mathais, porte-parole de JouéClub.

« D’ailleurs l’Escape Game de Dujardin a été le deuxième jeu le plus vendu dans la semaine du 30 octobre au 5 novembre, car les jeux qui offrent un challenge aux enfants sont très appréciés par eux », constate Frédérique Tutt.

On se souvient aussi de Chrono Bomb (Dujardin), qui avait été en rupture de stock lors du Noël 2014. Il sort en version de nuit cette année. Les participants devront traverser un parcours piégé d’objets phosphorescents dans l’obscurité pour désamorcer la bombe. Dans la même lignée, Trésor Détector (Dujardin) propose aux enfants une véritable chasse au trésor ou Chass’fantomes (Megableu) demande aux joueurs d’éliminer le maximum de fantômes et de chauves-souris projetés sur les murs.

Les jeux d’ambiance parfaits pour l’apéritif

« Ces jeux "apéros" qui créent une ambiance conviviale, séduisent surtout les jeunes adultes. Notamment ceux qui sont soutenus par des YouTubers, comme Ta mère en slip (Topi game) recommandé par Cyprien et Squeezie, dans lequel il faut deviner des mots que l’on porte sur des lunettes. Ou 77 (Topi game), un jeu de culture générale, soutenu par Doc seven, », observe Yoann Marfa Anglada. « Les YouTubeurs sont devenus des influenceurs d’achats sur lesquels les fabricants misent de plus en plus », renchérit Frédérique Tutt.

Le jeu Djingle (JouéClub) qui propose aux participants de deviner le plus rapidement possible un extrait sonore, devrait aussi bien fonctionner. Et le Time’s up (Asmodée) où l’on doit décrire, mimer et faire deviner un maximum de célébrités ou de films à ses partenaires en temps limité, devrait continuer à s’arracher.

Les jeux de stratégie

Magic The Gathering, jeux de cartes à collectionner, cartonnent chez les ados. « Des communautés s’échangent des informations sur le jeu, des tournois s’organisent… Cela contribue au succès du jeu », indique Michel Moggio. « Dans ce segment, le Risk Game of Thrones (Hasbro) et Les aventuriers du rail (Asmodée) ont leurs vrais fans. Ces derniers se rencontrent d’ailleurs dans les cafés games pour y jouer, ce qui renforce encore la communauté des adeptes », souligne Frédérique Tutt.

Les grands classiques

On ne change pas une équipe qui gagne donc une flopée de jeux indémodables le resteront encore cette année. C’est le cas de Docteur Maboul, Cluedo, Puissance 4, Qui est-ce ?, Mille Bornes, le Monopoly, Dobble, Le Cochon qui rit, La Bonne paye, Le Scrabble

« Mais ces jeux se réinventent et se modernisent. La Bonne Paye est par exemple, proposée en version électronique. Et au Monopoly, on peut payer ses transactions immobilières avec une carte bancaire », note Yoann Marfa Anglada. « Il y a toujours un peu de nostalgie de la part des acheteurs, qui veulent retrouver leur madeleine de Proust. Et il y a toujours de nouvelles générations d’enfants à qui offrir ces incontournables », indique Frédérique Tutt.