• Après la vente d’un squelette de dinosaure en décembre 2016, la Maison Aguttes cédera aux enchères un immense squelette de mammouth complet le 16 décembre à Lyon.
  • Le spécimen sibérien sera exposé au public dès la semaine prochaine.

Que d’emblée, les choses soient claires : il vous sera difficile de lui trouver une place dans votre salon et tout autant de vous l’offrir. En revanche, rien ne vous interdit d’aller observer le spécimen et de vous laisser aller à rêver. Le 16 décembre, un gigantesque squelette de mammouth sera vendu aux enchères à Lyon au sein de la Maison Aguttes.

L’an passé, la maison des ventes avait déjà fait parler d’elle lors de la vente d’un squelette de dinosaure adjugé à 1,128 millions d’euros. Cette fois-ci, le public pourra découvrir, dès le 16 novembre, au sein de la gare Lyon-Brotteaux où il sera exposé, un rare squelette entier de mammouth de Sibérie mesurant 3,4 mètres de haut et d’une envergure de plus de 5 mètres.

Estimé à plus de 450.000 euros

Ce mammouth, « contemporain de l’homme de Neandertal au paléolithique moyen et de l’Homo sapiens au paléolithique supérieur, est le plus gros mammifère terrestre de tous les temps », rappelle la maison des ventes. Ce spécimen, le plus important au monde en mains privées, est estimé entre 450.000 et 490.000 euros.

Le premier squelette complet de mammouth a été vendu en vente publique en 2006. La cave des Vignerons de Montfrin (dans le Gard) avait déboursé 150.000 euros pour l’acheter.

Le dinosaure vendu à Kléber Rossillon

L’année suivante, un autre squelette de mammouth avait été vendu chez Christie’s Paris au prix de 312.000 euros à un jeune collectionneur d’art contemporain. 

>> A lire aussi : Le dinosaure vendu plus d'un million d'euros partira aux jardins de Marqueyssac

En décembre dernier, le dinosaure vendu à Lyon, un véritable T-rex du Jurassique vivant sur la terre il y a 153 à 135 millions d’années, avait été cédé à un particulier français. L’acquéreur avait, dans un premier temps, préféré rester anonyme. Puis son identité avait fini par être révélée. Il s’agissait du Périgourdin Kléber Rossillon, propriétaire du château de Castelnaud et des jardins suspendus de Marqueyssac à Vézac, en Dordogne.